PVT Canada, bilan des six mois à Montréal

Pour tout expatrié il y a ce que l’on appelle des « phases », une peu comme dans un couple, nous devons passer fièrement quelques étapes : les 3 mois, les 6 mois, les 1 an et le sempiternel 3 ans car ne dit-on pas « le voyage dure 3 ans » ?


Non on ne le dit pas mais il fallait bien une phrase d’accroche. Donc voilà je ne vais pas vous mentir que cela fait déjà huit mois que nous sommes en PVT à Montréal. L’été et la rentrée ont été vraiment chargés alors on fait une petite pause pour faire un retour en image sur le cap des 6 mois. Si jamais vous aviez manqué notre bilan des deux mois de PVT à Montréal, le voici.

Le quotidien :

Nous avons pris la décision de rester à Montréal car des opportunités de travail se sont offertes à nous. La perceptive d’obtenir une expérience significative à l’étranger l’a emporté, pour le moment, sur notre volonté de partir s’installer dans une ville anglophone. En effet, nous avons maintenant la chance de travailler tous les deux dans nos domaines respectifs que sont : la gestion de projets et le design graphique. C’est important de le signaler car lors d’une expatriation, on peut se retrouver à exercer un emploi qui ne correspond pas à notre formation initiale. En revanche, je ne vais pas vous cacher que lorsque l’on travaille, on retrouve vite un train train quotidien métro / boulot / dodo qui est le même à peu de choses près finalement que l’on soit à Paris, à Montréal ou à Sydney. Même si, à Montréal, on prend plus tôt le matin donc on sort plus tôt du travail et la vie y est moins stressante qu’à Paris si je compare deux vies actives similaires.

dscf8527dscf0856

Côté vie sociale, nous avons lié de très belles amitiés ici, avec des français, car il est un peu plus difficile d’avoir des amis québécois, qui eux, ont déjà leur cercle d’amis. Mais bon ça commence, on ne désespère pas de se faire des amis québécois. Concernant notre gang d’amis, on passe de supers moments ensemble et c’est vrai qu’il est parfois triste de les voir quitter Montréal. Mais le monde est notre terrain de jeu à tous donc nos vies se re-croiseront très vite.

dscf8359dscf0943

Côté familial, nous avons pu accueillir nos parents cet été et je dois avouer, pour ma part, que les « au revoir » ont été très difficiles. Je pense souvent à ma famille et à mes amis proches en me disant que je loupe pleins de moments importants dans leurs vies et qu’ils loupent un peu les nôtres aussi… Je suis parfois triste de me dire que je ne peux pas me faire un week-end sur un coup de tête chez mes parents et que je verrais mes grands-parents seulement une fois dans l’année quand je rentrerais. J’appréhende également beaucoup la période des fêtes car je sais qu’après avoir passé de bons moments en famille, il faudra repartir même si au bout de 6 mois j’appelle déjà Montréal « ma maison ».

dscf0812

Le logement :

Nous avons changé de logement à la fin de l’été, nous sommes donc actuellement dans un 4 1/2 pour le même prix que notre ancien 3 1/2. L’aspect pratique c’est qu’il est juste au dessus de notre arrêt de bus et qu’il est beaucoup plus grand, plus beau et surtout plus lumineux. C’est un critère à prendre en compte pour la longue période d’hiver qui arrive ! Nous avons même maintenant une deuxième chambre qui nous permet plus facilement d’accueillir notre famille ou nos amis. Nous sommes restés sur le Plateau, alors oui cela nous vaut quelques remarques parfois mais de manière transparente, nous avons eu l’opportunité de reprendre l’appartement d’une amie donc la facilité l’a emporté face à la recherche et les différentes visites que nous aurions dû faire.

dscf8900dscf8406

L’alimentation :

Maintenant nous avons une super machine à jus qui nous permet de consommer plus de fruits et de légumes, surtout avec le froid qui arrive car la Poutine ça tient chaud mais ça fait (un peu) grossir si on en abuse ! Rien à voir avec le fait que la bière ait remplacé en partie le vin lors de nos soirées. Plus sérieusement nous commençons vraiment à prendre nos marques sur les aliments à acheter et les lieux à privilégier pour acheter tels ou tels produits. Le marché Jean-Talon pour est vraiment un lieu où l’on peut faire de très bonnes affaires. Sinon pour parler d’un autre vrai sujet, il faut savoir que le manque de fromage se fait un peu sentir parfois mais ça va on vous rassure on survit ! D’ailleurs nous en achetons plus qu’à notre arrivée car avec deux salaires c’est désormais plus facile de se faire plaisir. En sortant parfois de la Maison du Rôti, je me dis que les clichés ont la vie dure lorsque le week-end je viens acheter une baguette, des rillettes et du fromage !

dscf0907 dscf0915

Le langage :

Petit à petit nous prenons des expressions du langage courant québécois, ça m’a même valu un « but you’re french canadian no? » à New York… Paraît-il que j’ai l’accent québécois, pas pantoute me dirait mes collègues ! Concernant l’anglais on ne peut pas dire que notre voyage soit vraiment linguistique… Même si je suis amenée à parler anglais au travail, je pense que je devrais prendre des cours. Quant à Mickaël, il a bien progressé grâce à ses cours à la Citim, mais avec nos rythmes de travail ça devenait assez fatiguant de faire 2h de cours chaque soir, 4 jours par semaine. Comme l’immersion dans une ville anglophone a été repoussée pour le moment, on va continuer à travailler notre québécois.

Les activités :

Adieu le footing maintenant on fait du taureau-machine chez Serge (les vrais Montréalais sauront…) Cela m’a valu un doigt en moins, pas très pratique pour me rendre à la salle de sport pour profiter de mon abonnement fraîchement payé !

dscf8485dscf0987

En ce qui concerne les voyages nous avons continué à notre rythme, qui était de minimum une destination par mois. J’entends souvent des gens me dire « vous voyagez beaucoup » ou « on a l’impression que vous êtes toujours en vacances », je vous rassure nous travaillons dur la semaine pour se faire plaisir le week-end et tout simplement, chacun a ses priorités. Pour nous, la priorité est de profiter de chaque instant que nous offre ce PVT au Canada et de faire des voyages. On ne s’achète pas les derniers vêtements à la mode, nous n’avons pas de voiture, pas de meubles, pas de prêt immobilier non plus, nous mettons simplement de l’argent de côté pour voyager. Chacun ses choix et nous respectons ceux des autres. Ces derniers mois nous avons bien baroudé je dois dire et le fait que nos familles soient venues nous voir nous a encouragé à faire encore plus de choses. Nos dernières destinations :

Si vous ne l’avez pas encore visionnée, voici la vidéo de nos 6 mois au Canada !

Alors que pensez-vous de ce petit résumé de ces 6 derniers mois, avez-vous des sujets ou des interrogations sur l’expatriation que nous pourrions approfondir lors du prochain bilan ? Dites-nous tout en commentaire !

  • Bonjour !

    Très beau bilan ! Aujourd’hui, j’ai eu une mauvaise nouvelle, mon projet de devenir Webdesigner est tombé à l’eau ! Du coup, mon projet de partir vivre au Canada s’éloigne de plus en plus chaque jour !

    Bisous à vous deux !

    • Bonjour Laura,
      Nous sommes très tristes d’apprendre cette nouvelle, mais ce n’est pas parce que ton projet d’être Webdesigner est tombé à l’eau que votre projet de venir au Canada doit tomber à l’eau.
      Est-ce que vous avez commencé les démarches de Résidence Permanente ? C’est un visa long et coûteux mais vous aurez la chance de pouvoir venir vous installer 5 ans au Canada 🙂
      Bisous et courage ! Crois en tes rêves. Sinon vous pouvez déjà venir en vacances 😉

  • Elo’die LP

    Super récit je me retrouve encore dans votre article 😀 C’est clair qu’on a l’impression d’être des extraterrestres vu de la France quand on voyage chaque mois vers une nouvelle destination.. même proche de MTL… Continuez de voyager il y a encore tant de choses à voir 😀 Je comprends à demi-mot que la résidence permanente est dans les projets ?

    • Coucou Élo,
      C’est sûr notre Bucket List est si longue… ahah La résidence permanente, on y pense, maintenant il faut qu’on se renseigne bien sur les conditions car c’est quand même un investissement. 🙂
      Bisous

  • Virginie Lalere

    Très intéressant ton article, apparemment vous vous adaptez bien, c’est vrai que l’éloignement d’avec la famille ou les amis c’est toujours très dur …

    • Merci Virginie ! Oui il y a des hauts et des bas mais globalement on est très contents de vivre à Montréal. On ne pourra jamais être satisfaits sur tous les points c’est vrai que la famille, les amis (et la mode mdr) ça nous manque beaucoup mais on se dit que si nous rentrons ce sera le Canada qui nous manquera !
      On voit que tout va bien pour toi également, profite bien à Manille ;-p Bises

  • Pauline Loucka

    Coucou! Je suis moi aussi partie en PVT à Montréal, mais mon expérience fût plus chaotique bien qu’il n’y est pas eu que du mauvais (of course!) mais voilà, moi je fais partie des gens qui sont rentré! Pleins de bonheur à vous en tout cas.

    • Oh Pauline, ça arrive parfois, il y a tellement de facteurs qui rentrent en compte. Qu’est ce qui t’a poussé à rentrer ? Est-ce que ton retour s’est bien passé ?
      Merci pour ton commentaire en tout cas et on espère que tu t’épanouies en France. 😉

  • Une Frenchie à MTL

    Coucou ! Ça fait plaisir de lire de vos nouvelles. Vraiment contente de voir que vous êtes maintenant bien installé et que vous avez trouvé vos repères !
    P.S. : vos photos sont toujours aussi sublimes, je suis fan ! 🙂

    • Oh merci ma belle, on se boit un café très bientôt j’espère ? Ton beau projet est en route j’ai hâte que tu me racontes tout ça et puis je regarderai ton webinar. ;-D
      Audrey

  • Marine

    Sympa de voir que finalement rien n’est jamais decide a l’avance, et que les opportunités de travail se sont présentées a vous. Ce bilan est ma foi bien positif ! Pourvu que ça continue comme ça ! Les photos qui illustrent l’article sont comme d’habitude superbes.

    Marine

    • Merci Marine tu es chou. Le grand départ approche ! On t’attend pour une bonne bière au sirop d’érable 😉

      • Ouais ça approche et c’est à la fois encore bien loin. J’suis partante pour la bière ! J’espère même ne pas rater la période des cabanes à sucre c’est tellement mon meilleur souvenir !

  • Pingback: Vidéo : bilan de nos six mois au Canada – Refuse to hibernate()

  • Julie Blogtrotteuse

    C’est le premier article de votre blog que je lis, et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ! C’est un peu étrange, peut-être, parce que c’est un article pratiquo-pratique, mais quand même. C’est personnel et en même temps tout expatrié pourrrait s’y retrouver (ah, c’est peut-être pour ça, je retrouve un peu mon expérience d’Erasmus), votre ton est si plaisant, la lecture se fait toute seule, et vos photos de si bonne qualité ! Bref, je repasserai dès que possible.

    Bonne continuation à vous / Enjoy !

    • Bonjour Julie,
      Merci beaucoup pour ton commentaire qui nous fait chaud au coeur. Tu as fait ton Erasmus où ?
      Pour le ton on se veut proche des gens, comme si on parlait à des amis. 🙂 Contents que ça te plaise.

      • Julie Blogtrotteuse

        Pour mon Erasmus, j’ai passé un an dans une petite ville polonaise, Lublin..! 😀
        C’est réussi, on a réellement l’impression de faire partie de votre cercle d’amis quand on visite votre blog, c’est très agréable. 🙂

  • Laurène Laulinea

    J’adore lire les bilans !!! Ça me fascine de voir comment les autres peuvent vivre l’expatriation 🙂 D’ailleurs je pense que j’aurais pu écrire pas mal de choses similaires… C’est vrai que la routine arrive vite quand on travaille finalement 🙂
    Allez-vous rester ? Bises !

    • C’est vrai qu’on est pas mal à finalement plus vivre le T du PVT et du coup vivre une routine un peu similaire. 🙂 Pour l’instant notre coeur balance on ne sait pas si on se lance dans la RP ou non car on aimerait voyager… On attend de voir les élections françaises pour prendre une décision. lol

      Au fait je pense qu’on s’est croisée à la soirée Ulysse… Tu y étais non ?!

      Bises,
      Audrey

  • Pingback: Vidéo : bilan de nos un an en PVT Canada - Refuse to hibernate()