Que faire à Montbéliard en un week-end ?

Montbéliard est une jolie ville située dans le département du Doubs, en Bourgogne-Franche Comté. Aussi appelée la « cité des princes », elle est célèbre pour son patrimoine urbain exceptionnel et ses bons produits du terroir !

Montbéliard est une ville à taille humaine où il est très facile de se déplacer sans voiture. Si vous cherchez des informations sur que voir et faire pendant un week-end à Montbéliard, cet article est fait pour vous !

Un weekend à Montbéliard : la vidéo

Si vous préférez regarder une vidéo plutôt que de lire, voici un résumé de notre escapade de 2 jours à Montbéliard en moins de 3 minutes !

Jour 1 : découverte de la ville en e-trottinette, à vélo et en Peugeot ancienne

Le sentier Heinrich Schickhardt en trottinette électrique

On commence notre exploration de Montbéliard par un tour en trottinette électrique sur le sentier urbain Heinrich Schickhardt. Cet itinéraire culturel du Conseil de l’Europe va de Montbéliard jusqu’à Backnang dans le Bade-Wurtemberg.

Nous avons donc loué deux e-trottinettes et deux audio-guides à l’Office du tourisme et nous sommes partis sur cette boucle de 3 km. Le circuit dure environ 2h et nous fait passer par 12 points d’intérêts. Nous découvrons notamment le logis des Gentilshommes, le Collège universitaire, le temple Saint-Martin, la Souaberie et la machine hydraulique du château ; qui sont des réalisations de l’architecte Heinrich Schickhardt.

L’audio-guide est très bien fait car il propose l’histoire de Montbéliard et de ses lieux à travers Frédéric 1er, duc de Wurtemberg et son architecte, Heinrich Schickhardt. Des panneaux bleus sont présents sur les murs de la ville, tout au long du parcours. C’est très pratique pour s’orienter ! D’ailleurs si ce circuit vous intéresse, on a trouvé le plan de ville et du parcours en version digitale. Vous pouvez donc le télécharger et le garder précieusement sur votre téléphone.

Office de tourisme du Pays de Montbéliard
1, rue Henri Mouhot, 25200 Montbéliard
Tarifs : trottinette électrique : 5 €/pers la demi-journée + audio-guide 2 €/pers
Réservation au +33(0) 3 81 94 45 60

Visite guidée du temple Saint-Martin

On profite de la restitution des trottinettes à l’Office de tourisme pour repartir avec une guide visiter le temple Saint-Martin. Ce temple est une « église luthérienne » ou « paroisse protestante luthérienne ». Il a été construit de 1601 à 1607 par le « Léonard de Vinci souabe » : Heinrich Schickhardt, sous Frédéric 1er, dans un style inspiré de la Renaissance italienne. Ce temple est le plus vieux temple protestant encore en activité et il est considéré comme l’un des plus grands en France.

Le temple Saint-Martin est un véritable témoin des deux « révolutions » qui ont eu lieu au XVIe siècle sous la dynastie des Wurtemberg. D’une part il y a eu l’introduction au luthéranisme et d’autre part la transformation de la capitale médiévale en une cité princière de la Renaissance.

Si vous avez l’occasion de visiter une église luthérienne vous verrez que, contrairement aux églises catholiques, il n’y a pas de fioritures et surtout que la bible est ouverte. En 1555, Luther a voulu rendre les écrits bibliques accessibles à tous, ce qui explique que la Bible soit ouverte dans les églises luthériennes. Et il a même fait mieux, puisqu’il a décidé d’offrir l’éducation à tout le monde afin que chacun puisse la lire ! Un homme plutôt en avance sur son temps quand on sait que la loi Jules Ferry sur l’instruction obligatoire a vu le jour en 1882…

Pique-nique au parc Près-la-Rose

Après cette visite du temple, nous sommes passés à la boulangerie pour acheter de quoi pique-niquer. Ensuite, nous sommes retournés à l’Office de tourisme afin de louer deux vélos électriques pour l’après-midi.

On a glissé les pique-niques dans les paniers puis on a filé au parc du Près-la-Rose. Ce joli parc de 10 hectares, qui forme une presqu’île entre l’Allan et le canal du Rhône au Rhin, est un véritable poumon vert pour la ville.

Avec les fortes chaleurs du mois de juin on était heureux de trouver un peu de fraicheur au bord de l’eau, sous les grands arbres du parc. On a donc installé notre belle nappe en verquelure (le tissus typique du Pays de Montbéliard) et nous nous sommes installés pour manger nos salades, sandwichs et nos délicieuses tartes aux fraises !

Le parc du Près-le-Rose accueille le Pavillon des Sciences de Montbéliard que vous pouvez visiter si vous avez un peu de temps… Mais rien qu’en vous promenant dans le parc vous pourrez observer des sculptures géantes et des curiosités en tout genre comme le diapason minéral, le mégalithe chantant ou la fontaine de Galilée.

Balade à vélo avec assistance électrique jusqu’au parc des Miches

Après cette petite pause bucolique, on reprend les vélos pour aller se balader. Il fait très chaud donc on profite de l’ombre du parc du Près-la-Rose. On bifurque un moment le long du canal pour rattraper l’Eurovéloroute 6, qui relie Nantes à Budapest, puis on fait une petite pause au port de Plaisance pour boire un coup à la guinguette.

Ensuite, on continue la balade dans le parc de l’Île en Mouvement où on s’arrête pour contempler un beau héron gris. Enfin, nous commençons à bien grimper (merci l’assistance électrique) pour rejoindre le parc des Miches. Depuis la route, avant d’arriver au parc, on a une belle vue sur le centre-ville de Montbéliard en contre-bas et ses jolies maisons colorées ! On fait un rapide tour du parc et on redescend à l’Office de tourisme par la rue Blazer pour rendre les vélos avant notre dernière activité de la journée…

Office de tourisme du Pays de Montbéliard
1, rue Henri Mouhot, 25200 Montbéliard
Tarifs des VAE : 20 €/adulte la demi-journée
Réservation au +33(0) 3 81 94 45 60

Visite de Montbéliard en Peugeot 201

Avant d’aller dîner on nous a réservé une belle surprise : un tour de Montbéliard en Peugeot ancienne !

Pour ceux qui ne connaissent pas l’aventure industrielle de la marque locale Peugeot, elle commence dès 1810 dans le Pays de Montbéliard. Mais il faudra attendre 1889 pour que le premier véhicule automobile portant le nom de Peugeot naisse, sous l’impulsion d’Armand Peugeot.

La Peugeot 201 est la première voiture produite en grande série à Sochaux ! C’est d’ailleurs dans une Peugeot 201 datant de 1931 que nous avons la chance de monter. C’est Claude Lamy, son propriétaire et membre de l’Association Auto/Moto La Passion Automobile, qui nous emmène dans son petit bijou. On est subjugué par la conduite de Claude… C’est vrai qu’on est bien loin de la conduite des voitures modernes. Intriguée, je lui demande si ce n’est pas trop difficile à conduire. Il m’avoue que dans la famille il n’y a que lui qui la conduit car il faut le coup de main !

On se balade au Port de Plaisance, rue de Belfort, vers le Château des ducs de Wurtemberg, vers les Halles pour enfin terminer notre tour où nous l’avons commencé, sur la place de la Mairie. L’heure est passée si vite… Si vous avez l’occasion de faire un tour avec Claude vous verrez à quel point il est passionnant !

Réservation : informations à venir

Dîner chez Marcus

Le soir on file dîner Chez Marcus. Un super restaurant & bar à jeux qui se situe derrière les Halles et qui propose une cuisine bio, de saison, simple et accessible.

Le propriétaire, Marc, nous accueille avec un grand sourire et nous installe en terrasse. On commande deux cocktails et il nous propose de choisir un petit jeu pour jouer pendant l’apéro, le temps qu’il emmène nos plats. Mickaël a pris une salade Capra Calda avec du chèvre chaud, des pommes et des noix. Et de mon côté je me suis laissée tenter par la tartine Numero Tres : crème, oignon, lardons et Morbier, servie sur son lit de salade !

On passe un très bon moment et on reste discuter un peu avec Marc après avoir dîné. Si vous passez à Montbéliard, n’hésitez pas à vous arrêter manger Chez Marcus. L’ambiance et le patron sont très sympathiques !

Restaurant Chez Marcus
20 rue des Halles, 25200 Montbéliard
Tarifs : moins de 20 € /pers avec le plat + un cocktail
Réservation au +33 (0)9 52 29 27 33

Jour 2 : Découverte de l’histoire de Montbéliard et de son terroir

Découverte d’une Yorbe

En passant vers la place de la Mairie pour nous rendre au Centre Culturel Simone Veil nous rencontrons Madame Tuefferd. Cette montbéliardaise habite dans la jolie maison qui fait l’angle de la rue. On la reconnait facilement car elle a été construite dans le style des maisons bourgeoises alsaciennes avec un toit en bec de canard, des bow-window et des colombages.

Madame Tuefferd nous ouvre les portes de sa cours pour notre montrer la Yorbe de sa maison. Une Yorbe c’est en faite une tour qui renferme un escalier. C’est un élément architectural typique de Franche-Comté, on en compte environ 43 à Montbéliard !

Elle nous emmène aussi dans son cabinet de curiosités pour nous montrer sa collection de verquelures, ce tissus de chanvre typique de la région. Et prend le temps de nous expliquer la différence avec le Kelsch, qui lui est un tissus en coton et dont les motifs sont quelques peu différents.

Atelier Cancoillotte avec le Maître Cuisinier Fabrice Piguet

Après cette belle rencontre avec Madame Tuefferd, nous nous hâtons de rejoindre Fabrice Piguet, Maître Cuisinier de France pour apprendre à faire de la cancoillotte. Si vous n’avez jamais goûté la cancoillotte il faut vite remédier à ça ! De mon côté j’en mange depuis toute petite car mon papa est un grand amateur de cancoillotte à l’ail !

Tout d’abord, pour faire une bonne cancoillotte il faut un bon metton ! Et là vous allez me dire ok mais c’est quoi du metton… Et bien c’est du petit-lait obtenu en caillant le lait de vache à l’aide de présure ou de ferments lactiques. Ensuite, on va mettre le metton dans l’eau avec un peu de sel et tourner doucement jusqu’à obtenir la texture lisse de la cancoillotte. Enfin, on l’assaisonne avec des herbes, des champignons ou de l’ail déshydraté ou encore du vin jaune…

Et avec cette cancoillotte on a appris à faire des gnocchis qu’on a décoré avec un peu de saucisse de Montbéliard finement tranchée. On vous laisse admirer le résultat en photo…

En plus d’être délicieuse la cancoillotte de Fabrice Piguet est 100% française : les étiquettes sont faites en Franche-Comté et les pots en France.

Informations à venir

Déjeuner à la Pause Gourmande

Le midi, nous avons réservé une table à la Pause Gourmande qui nous avait été chaudement recommandé par 2/3 montbéliardais(es). Avec les grosses chaleurs des dernières jours on a un petit appétit… Du coup Mickaël prend deux entrées : le feuilleté de Montbéliard, qui était déjà très copieux… Et le thon rouge mi cuit accompagné de gambas crème de Yuzu. De mon côté, je commande une salade franc-comtoise qui est très bien servie !

Une petite adresse que l’on vous recommande de tester pour goûter la cuisine locale. L’accueil et le service sont vraiment chaleureux et les assiettes sont très généreuses !

Restaurant La Pause Gourmande
20 rue des Halles, 25200 Montbéliard
Tarifs : environ 25 € /pers
Réservation au +33 (0)3 81 91 27 58

Visite du château des ducs de Wurtemberg et de ses musées

Difficile de passer à côté du beau château des ducs de Wurtemberg qui domine Montbéliard. C’est justement là-bas que nous avons rendez-vous cet aprè-midi pour une visite guidée du château et de son musée. On découvre alors toute l’histoire de Montbéliard, dont voici un petit résumé…

L’histoire de Montbéliard


C’est en 985 qu’apparaît pour la première fois le nom de Montbéliard sous son nom latin « Montem Biliardae » qui signifie le mont de Biliarda. La ville est alors un promontoire fortifié doté d’un castrum (l’ancêtre du château actuel) et domine les vallées de l’Allan et de la Lizaine. Elle s’impose alors comme un passage obligé entre les Vosges et le Jura.

Cette position stratégique au cœur du Saint Empire romain germanique va bénéficier à la ville dont le premier seigneur connu est Louis de Mousson, comte de Bar. Devenue cité comtale Montbéliard amplifie son importance en 1162 lorsqu’elle revient par mariage à la famille Montfaucon. Ce sont eux qui vont développer et étendre la ville en créant de nouveaux quartiers et de nouvelles structures.

Mais le tournant historique de Montbéliard va se faire quand Etienne de Montfaucon va marier sa petite fille, Henriette, au futur comte Eberhard de Wurtemberg en 1407. Ce mariage va faire entrer la ville dans la sphère germanique ! Le comté de Wurtemberg, dont la capitale est Stuttgart, est érigé en duché en 1495 et le comté de Montbéliard devient donc une principauté.

Ensuite, c’est Frédéric 1er qui va faire énormément de choses pour Montbéliard. Au début des années 1550, la ville va passer de 3 000 à 6 000 habitants. Du fait du protestantisme luthérien, la population est particulièrement lettrée ce qui va donner naissance à des familles d’ingénieurs : L’Épée & Japy (horlogerie) et bien sûr Peugeot

L’exposition temporaire : Dualités

Les collections des beaux-arts sont revisitées au Musée du Château des ducs de Wurtemberg afin de proposer une exposition insolite : Dualités. Contrairement à la plupart des expositions, Dualités ne présente pas un parcours chronologique mais fait dialoguer des œuvres anciennes avec des œuvres contemporaines sur des thématiques qui s’opposent :

  • Mythes et réalités
  • Caché et dévoilé
  • Éternel et éphémère
  • Bruit et silence.

Chaque thématique est représentée visuellement par un code couleur afin de se retrouver plus facilement. Des petits livrets de jeux et des pancartes sont adaptées aux plus jeunes afin que vous puissiez profiter de Dualités en famille.

Le Musée d’Art et d’Histoire – Hôtel Beurnier-Rossel

L’Hôtel Beurnier-Rossel est une maison bourgeoise construite entre 1772 et 1773. Son dernier habitant, le docteur Louis Beurnier, a choisi de le léguer au début du 20e siècle à la ville de Montbéliard avec tous les meubles, décors et portraits d’origine. Cet hôtel, qui abrite maintenant le musée d’Art et d’Histoire, est un véritable témoin de la vie de la grande bourgeoisie protestante de Montbéliard impliquée dans l’administration de la cité pendant plus de deux siècles.

Le Musée accueille également l’exposition Unique et Multiple qui réunit une quarantaine d’œuvres de Jean Messagier (1920-1999). On a pas pu rester longtemps mais dans les œuvres qui m’ont marquées il y a une série très poétique où il a utilisé le gel pour créer des tableaux. Il laissait ainsi sa peinture toute une nuit dehors, exposée aux températures négatives et laissait la nature opérer son talent artistique.

Le château des ducs de Wurtemberg & ses musées
Cour du château, 25200 Montbéliard
Tarifs : 6 € /adulte
Visite commentée du château tous les jours à 15h

Dîner au restaurant Les Bains Douches

Pour terminer ce séjour en beauté nous dînons au restaurant Les Bains Douches. Un lieu chargé d’histoire puisque ce bâtiment accueillait dans les années 80 les bains douches de Montbéliard. Les deux salles du restaurant s’appellent d’ailleurs « bain » et « douches » et ont des clins d’œil décoratifs liés à leur passé.

Vu que les entrées nous donnaient vraiment envies on en a pris deux chacun. Tout d’abord, on s’est laissé tenter par un céviché de canard, nougatine aux graines de sésame. Puis Mickaël a choisi les Saint-Jacques rôties avec un coulis de navet au lait de coco… Et de mon côté j’ai pris un milles feuilles de légumes du soleil grillées, mousse chèvre noix. En dessert, nous avons partagé un Namelaka : une tuile croquante cacao-caramel. C’était vraiment excellent !

On vous recommande vivement de dîner Aux Bains Douches lors de votre visite de Montbéliard.

Restaurant Les Bains Douches
4 Rue Charles Contejean, 25200 Montbéliard
Tarifs : 67,60 € le dîner pour 2 personnes

Nos conseils pour bien préparer son weekend

Où dormir à Montbéliard ?

Pendant notre week-end à Montbéliard, nous avons séjourné à la Rêverie. La magnifique chambre d’hôtes de M. et Mme Girardclos dans leur maison bourgeoise datant de 1900.

Quel bonheur de commencer la journée par une vue sur le château des ducs de Wurtemberg depuis notre chambre. Puis, de descendre prendre le petit déjeuner dans leur superbe jardin qui borde l’Allan…

M. et Mme Girardclos sont vraiment aux petits soins et préparent un délicieux petit déjeuner avec des produits fait maison. Si vous restez quelques jours, demandez leur un peu de leur succulent pain perdu… Vous nous en direz des nouvelles.

Un lieu idyllique pour déconnecter pendant quelques jours. Je vous préviens, une fois sur place, on a pas envie d’en repartir…

Chambre d’hôtes La Rêverie
11 r Charles Goguel, 25200 Montbéliard
Tarifs : à partir de 98 € la chambre pour 2 personnes avec petit-déjeuner

On espère que cet article sur Montbéliard vous aidera à préparer votre futur séjour franc-comtois. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaire, nous vous répondrons avec plaisir.


Si comme nous vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre sur notre compte Refuse to hibernate. Vous pouvez même épingler cet article afin de le garder précieusement :

Nous remercions la ville de Montbéliard, ainsi que leurs partenaires, qui nous ont si bien accueilli lors de ce reportage pour Atout France et les Sites et Cités Remarquables de France. Comme d’habitude, nous rédigeons nos articles avec beaucoup de sincérité, qu’ils soient dans le cadre d’une mission ou non.