Italie, visiter Venise en 2 jours loin de la foule

La belle Venise, la ville romantique par excellence. On nous avait dit que ce serait l’horreur d’y aller en été, qu’il y aurait trop de monde et pourtant on a réussi à échapper à la masse touristique en empruntant les petites ruelles et en dormant à Burano.

 

Pour bien préparer son week-end

À Venise pas besoin de passeport pour les ressortissants européens, seule une carte d’identité valide suffira. Vous êtes sur le même créneau horaire que la France et vous n’avez pas besoin d’apporter d’adaptateur pour les prises. La plupart des vénitiens parlent très bien anglais donc vous pouvez facilement vous faire comprendre.

Comment aller à Venise ?

En train de nuit

Depuis Paris ou Dijon vous avez la possibilité de prendre un train de nuit jusqu’à Venise. Nous avons donc pris le train le vendredi soir à Paris Gare de Lyon qui part à 19h10 et qui arrive en plein cœur de Venise à 9h35 le samedi.

Thello nous avait réservé une cabine premium pour deux personnes. Nous avions donc la chance d’avoir une cabine pour nous deux avec quatre sièges en mode jour et deux lits que nous pouvions déplier en mode nuit. Le plus de la cabine est incontestablement la petite salle de bain avec les toilettes, un lavabo et une douche. Ne vous attendez pas à la douche de votre vie mais ça fait du bien de se débarbouiller !

Côté wagon bar nous avons eu un verre de bienvenue le vendredi soir. Nous sommes allés nous asseoir dans le wagon pour dîner. Deux plats de lasagne à 9 euros qui étaient bons mais petit bémol sur le plateau de fromage et charcuterie que nous avions commandé. Il n’était pas à 12 mais à 24 euros car il fallait comprendre que c’était soit fromage soit charcuterie malgré la photo qui montrait les deux sur le plateau. Donc on était un peu étonné de payer 42 euros à la fin du repas mais à part ça nous avons bien mangé et le personnel était très sympathique.

Pour conclure, lors d’un aller-retour ces deux nuits à bord du train vous permettent d’économiser deux nuits d’hôtel dans Venise qui sont assez onéreuses. Et l’avantage c’est que vous pouvez profiter pleinement de deux journées complètes à Venise.

 

En avion

Vous pouvez également aller à Venise en avion depuis plusieurs villes de France. Depuis Paris j’ai déjà vu des aller – retour à 60 euros / personne avec des compagnies low cost comme Ryanair. Après il faut rejoindre le centre de Venise en bateau-bus ou en taxi-bus.

 

Les transports en commun dans Venise

À Venise il n’y a pas de transports en commun en dehors des bateaux bus appelés « vaporetto ». Un aller simple est à 7,50 € par personne / trajet sauf les navettes vers l’île de San Giorgo Maggiore par exemple qui sont à 5 €.  Donc si vous le prenez le vaporetto ou une navette plus de deux fois dans la journée il vaut mieux prendre un pass journée à 20 € / personne. Le pass journée est valable 24h à partir de l’heure où vous le validez.

 

Quoi emmener dans sa valise / son sac ?

En été il fait très très chaud donc prévoyez des habits clairs, des casquettes / chapeaux pour protéger vos têtes, de l’eau et des brumes d’eau pour vous rafraichir. À l’automne, il pleut beaucoup et l’hiver il fait froid donc prévoyez des habits adaptés.

 

Déposer ses bagages dans une conciergerie

Le dimanche nous avions nos sacs à dos avec nous pour nous promener dans Venise. Avec la chaleur caniculaire on avait vraiment pas envie de les trimballer toute la journée sur le dos ! On a vu qu’il y avait un service de conciergerie à la gare Santa Lucia, comme il y avait au moins 1h00 de queue on a choisi le service rapide qui propose un tarif unitaire de 12 € / personne la journée. Si vous choisissez le service normal, vous aurez un prix au prorata du temps d’utilisation de ce service. Il garde une copie de notre pièce d’identité au cas où on perdrait le ticket donc c’est super bien organisé. On a vu un magasin en sortant de la gare qui proposait le même service à 5 € / personne la journée mais honnêtement on faisait plus confiance au service de la gare.

 

Quel budget pour un week-end à Venise en été ?

Bon on peut dire qu’on a un peu craqué pour ce week-end à Venise. Cela revient quand même à 1 150 euros pour deux… Voici le détail du budget mais sachez que Venise coûte cher (hôtel, restaurants, transport…) :

  • Train A/R avec Thello en cabine Premium : 730  € (offert par Thello)
  • Transports dans Venise : 58  € (deux pass 24h + deux allers simples)
  • Restaurants : 181 €
  • Hôtel : 142 € (une nuit)
  • Divers (bagages, souvenirs…) : 38 €

 

Jour 1 : les îles de Venise

L’arrivée à Venise

L’arrivée en train à Santa Lucia est vraiment belle, tout d’abord vous traversez la Lagune de Venise, vous êtes au dessus de l’eau c’est impressionnant. Puis quand vous sortez de la gare, vous arrivez en plein cœur de la ville devant les canaux ! En face il y a la magnifique église des Santi Simeone e Giuda, dite San Simeone Piccolo avec sa coupole en cuivre vert.

Vu qu’il est encore tôt et que la vague des touristiques venant des bateaux de croisière n’est pas encore arrivée, profitez-en pour prendre vos pass pour le vaporetto en face de la gare.

 

Burano, la colorée

Nous prenons la ligne de vaporetto 5 pour rejoindre Murano pour ensuite prendre la 12 pour aller jusqu’à Burano. On pensait mettre environ 45 minutes pour rejoindre Burano mais nous avons fait la queue avant de prendre la 5 et nous avons attendu 20 minutes à Murano pour avoir un bateau de la ligne 12… Donc au final nous avons mis presque 2 heures pour relier l’île principale de Venise à Burano. En plein été, il faut donc s’armer de patience quand on prend les vaporetto entre les îles.

Nous avions choisi un hôtel à Burano et vu la chaleur nous avions hâte de poser nos sacs à dos et de prendre une bonne douche. Il était presque 15 heures alors nous avons cherché un restaurant pour déjeuner et nous avons décidé d’explorer les îles alentours pour nous éviter les pertes de temps dans les transports.

Nous voulions manger au restaurant Trattoria al Gatto Nero (étoilé Gault et Millau) mais malheureusement il est victime de son succès et sans réservation nous ne pouvions pas avoir de table pour le jour même. À l’heure qu’il était, les restaurants fermaient les uns après les autres. Nous nous sommes donc installés dans la petite pizzeria Al Leon Coronato qui voulait bien nous accueillir. Mickaël a pris une calzone et j’ai choisi la même version à plat ! Ce n’était pas les meilleures pizzas de notre vie mais elles étaient bonnes.

 

Mazzorbo, la calme

C’est le ventre bien rempli que nous retournons vers le terminal de ferry de Burano mais cette fois-ci nous n’allons pas reprendre le vaporetto. Direction la via San Mauro pour emprunter le pont en bois qui mène sur l’île voisine. Il y a des petites maisons colorées qui bordent l’eau mais ici il n’y a aucun touriste pour les photographier. On est bien loin du tumulte du centre de Burano. Après le pont, nous apercevons une petite porte qui mène à un jardin. À l’intérieur, personne hormis les habitantes qui discutent sur des chaises devant le potager.

On traverse les vignes et on tombe sur un magnifique restaurant le Venissa. Le chef est étoilé Michelin et on a la promesse d’une expérience culinaire riche mêlant les plats et l’accord des vins. Le tout au pied du Campanile de Mazzorbo… La prochaine fois nous irons dîner là-bas ! Après cette parenthèse bucolique qui nous a rappelé Sancerre, on file au terminal de ferry de Mazzorbo pour rejoindre Torcello en vaporetto.

 

Torcello, la plus antique

Torcello est historiquement la première île sur laquelle les vénitiens ont habité. Au Xème siècle l’île comptait environ 10 00 habitants. De cette époque il ne reste que la cathédrale Santa Maria Assunta et son campanile ainsi que l’église Santa Fosca. En face de la cathédrale, le musée dell’Estuario présente une collection archéologique de l’île de Torcello. Ensuite les habitants ont fuit vers les îles Rialtines, l’histoire dit que la cause de cette fuite était les moustiques qui étaient porteurs de maladies…

Torcello est un peu plus touristique que Mazzorbo mais vaut le coup d’œil pour ses bâtiments historiques.

 

Passer une soirée à Burano

En fin de journée rien de tel qu’un Spritz en terrasse chez Trexento pour profiter du retour à la douceur des températures. Le soleil se couche derrière les nuages, juste le temps de capter quelques instants de vie des habitants de Burano. Après une petite hésitation quant au restaurant du soir, on choisit de s’installer à la terrasse du Ai Pescatori pour dîner. On prend un plateau de charcuterie à partager en entrée et côté plats Mickaël s’est laissé tenté par des gnocchis au crabe et moi par un filet de Saint-Pierre accompagné de ses légumes grillés.

 

Jour 2 : Découvrir Venise au fils des ruelles

Une matinée à Burano

Le lendemain matin réveil à 5h50 pour profiter de Burano au calme. Les habitants se réveillent petit à petit, ils commencent à ouvrir leurs volets. Les petites mamies étendent leur linge et nettoient leurs devantures. On s’amuse à se prendre en photo devant toutes les façades colorées, on a l’impression d’avoir la ville rien que pour nous !

 

Cap sur Venise

Après le shooting matinal et un bon petit déjeuner on rejoint le terminal du ferry de Burano pour prendre la ligne 14 à 9h26 qui nous dépose en 1h00 vers la place Saint-Marc. Contrairement à la ligne 12, nous passons de l’autre côté de la lagune pour longer la grande île Lido. Si vous restez plus longtemps à Venise on vous conseille d’aller la visiter, la baignade et les balades à vélo sont autorisées sur cette île.

Après la traversée en bateau nous arrivons directement sur les quais, non loin de la place Saint-Marc. Nous profitons du temps qu’il nous reste sur notre pass pour prendre une correspondance qui nous dépose sur l’île San Giorgo Maggiore. On nous avait conseillé de monter en haut du Campanile pour observer la vue sur Venise mais malheureusement le dimanche matin il y a une messe… Et bien sûr l’accès au point de vue est fermé le temps de la messe c’est-à-dire de 10h45 à 12h30. Nous n’avons pas vraiment le temps de nous éterniser donc nous retournons bredouille sur l’île principale de Venise.

 

Le quartier de la Gare Santa Lucia

Nous prenons le bateau pour aller déposer nos sacs à la conciergerie de la gare. Le long du Grand Canal il y a plein de monde mais dès que vous empruntez les petites ruelles vous êtes presque seuls… On profite donc des ruelles qui nous mènent jusqu’au quartier de Dorsoduro.

 

Dorsoduro

On arrive enfin à Dorsoduro c’est vraiment calme et agréable, loin de la folie touristique des artères principales. On commande une pizza pour deux à la Pizza al Volo, c’est une petite pizzeria sur la place Campo Santa Margherita. Elle est tellement petite que vous n’avez que 2/3 places à l’intérieur pour manger sur des tabourets en hauteur. Vu que l’intérieur n’est pas climatisé on préfère prendre notre pizza à emporter pour la manger sur la place. Ce n’est pas chose facile entre les guêpes, les mouettes et les pigeons qui rodent autour mais on arrive à manger à peu près tranquille ! Pour finir sur une note sucrée on prend une petite glace chez le glacier d’à côté.

On décide ensuite d’aller voir la célèbre œuvre de Lorenzo Quinn : les mains qui sortent du Grand Canal pour soutenir Venise. Sauf qu’en fait nous n’avions pas vérifié mais l’œuvre faisait partie de la Biennale d’art de 2017 et en 2018 c’était la Biennale d’architecture… On est donc arrivé à l’endroit où elles étaient et on s’est senti un peu bête ! Heureusement nous étions à quelques minutes du pont du Rialto donc on en a profité pour le photographier malgré le monde.

 

Le pont du Rialto

Le pont du Rialto est une beauté architecturale de 48 mètres de long, 22 mètres de large et 7,5 mètres de hauteur. Bien que Michel Ange et Palladio aient participé au concours pour la construction du pont c’est Antonio da Ponte, qui la réalisa entre 1588 et 1591. Les boutiques ont été construites dans un second temps. La vue depuis le pont est superbe encore faut-il trouver un peu de place parmi la foule pour l’apprécier.

 

La place Saint-Marc et le palais des Doges

Vu qu’il est plus de 16h00, on se dit que les touristes descendus des bateaux de croisière doivent-être en train de les regagner… On tente donc d’aller à la place Saint-Marc. Honnêtement je m’attendais à voir beaucoup plus de monde donc je suis agréablement surprise. Seule les petites ruelles alentours sont un peu étouffantes.

Nous faisons donc face à la basilique Saint-Marc qui a elle seule réuni l’histoire politique, sociale et religieuse de la République. Son origine est très ancienne elle remonte à l’an 829. C’est Giustiniano Partecipazio qui la fit construire pour y mettre le corps de St Marc Evangéliste, devenu le patron de la ville. En 927 elle brûla dans un incendie et fût reconstruite de 1043 à 1071 par le Doge Domenico Contarini selon l’architecture des églises byzantines, en forme de croix grecque avec des coupoles, mais interprété dans le style roman. Toute la façade est décorée de marbres et de splendides mosaïques dans les portails et les arches. Les trois mats de bronze placés devant la basilique, en haut desquels on plaçait autrefois les drapeaux de la République, sont des ouvrages de l’orfèvre et sculpteur Leopardi. Prenez également un moment pour observer la magnifique l’horloge à gauche de la basilique !

 

Le pont des soupirs

À l’angle de la place, nous apercevons un pont avec plein de monde dessus. On se dit qu’on doit surement avoir un point de vue sur le pont des soupirs… Et bingo ! Par contre il est en travaux malheureusement donc il n’est pas aussi beau que d’habitude.

On est un peu fatigué donc on décide de repartir en direction de la gare. Il fait encore très chaud donc on achète deux granités chez Grom : un citron et un fruit rouge en chemin pour se désaltérer. Après un passage chez Coop (le supermarché local) pour acheter des gâteaux à nos familles nous arrivons enfin à la gare. Il est déjà l’heure de récupérer nos sacs et de remonter dans le train direction Paris !

 

Où dormir à Venise (Burano) ?

Nous avons dormi à Burano afin de pouvoir la visiter au calme le matin. Il n’y a pas beaucoup d’hôtel sur place et aucun complexe hôtelier donc ça ne dénature pas les petites maisonnettes typiques de l’île. Nous avions opté pour la Casa Burano sur les conseils de Stéphanie (Smadjita) qui a booké une nuit là-bas pour son voyage en septembre.

Casa Burano fait partie du groupe Venissa qui possède le charmant restaurant devant les vignes sur l’île de Mazzorbo dont nous vous parlions dans l’article. Ils ont 5 maisonnettes de 3 chambres dans Burano. La notre était vraiment magnifique, tout est refait à neuf et il y a la climatisation dans les chambres et les parties communes donc c’était agréable pendant ce mois de juillet caniculaire.

Le matin nous avons eu le petit déjeuner servi à 8h30 dans un panier dans la cuisine avec un yaourt maison, des biscottes, du beurre, de la confiture, des viennoiseries et des petit jus d’orange. Dans la cuisine vous avez une machine à café et à chocolat et une théière à disposition tout au long de votre séjour.

On espère que cet article vous a plu ! Si vous voulez découvrir toutes nos bonnes adresses à Venise n’hésitez pas à aller voir sur notre compte Mapstr. Et si vous avez des questions concernant votre futur séjour là-bas nous serions ravis de vous répondre.


Si comme nous vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre sur notre compte Refuse to hibernate. Vous pouvez même épingler cet article afin de le garder précieusement :

Dans cet article nous parlons d’un partenariat avec Thello concernant le transport jusqu’à Venise. Nous restons bien évidemment sincères sur cette expérience et libres de nos propos & de notre ligne éditoriale.

(Visited 283 times, 22 visits today)