14 expériences inoubliables à vivre en Asie

C’est avec émotion que nous vous dévoilons notre premier article collaboratif avec d’autres blogueurs voyage. Nous avions déjà participé à l’écriture de notre expérience pour Moi, mes souliers et la Cavaleuse mais nous n’avions jamais demandé à nos homologues leurs avis sur une destination. L’Asie c’est un de nos prochains long voyage… Cela fait un moment que l’idée nous trotte dans la tête et on a décidé de se laisser inspirer par nos amis voyageurs.

 14 expériences inoubliables à vivre en Asie

1. Les rizières sur l’île de Luzon, Philippines

Difficile de choisir notre plus belle expérience en Asie, ce continent qui nous fascine tant. Mais s’il ne fallait en retenir qu’une, ce serait sans doute notre découverte des rizières millénaires des Philippines.

En arrivant sur l’île de Luzon, nous nous attendions à voir quelques rizières, regroupées dans un même endroit pour la conservation du patrimoine. Que nenni ! Les rizières sont partout, à chaque détour de champ, derrière chaque mont et même sur les collines. Comment ne pas être émerveillés et émus à la vue de ces merveilles que l’homme a créées et entretient de manière traditionnelle depuis des millénaires ? Lorsque le soleil se reflète dans l’eau des rizières, le spectacle est grandiose !

Nous avons eu la chance de pouvoir capter toute la magie des lieux pendant un trek de plusieurs jours avec un guide en or, qui nous a initiés aux traditions de son peuple, les Igorots. Pendant cette randonnée, nous avons souvent croisé des familles travaillant dans leurs rizières. Imaginez une vieille dame, les pieds dans l’eau et courbée en deux pour repiquer des pousses mais qui prend quand même la peine de vous saluer d’un grand sourire édenté. Alors le soir, lorsque l’on mange son bol de riz, l’on ne peut avoir qu’un grand respect pour ces gens et leur travail.

Ania, 100 pied-a-terre


2. Dans le corps d’une Geisha, Japon

Le Japon a toujours représenté pour moi LA destination de mes rêves. Ce pays à la fois traditionnel et avant-gardiste sur les nouvelles technologies me paraissait inaccessible, mais sans trop savoir pourquoi. J’idéalisais ce pays comme au top des voyages à faire dans une vie. Et pour tout vous avouer, je n’imaginais pas accomplir si jeune mon rêve de découvrir cette culture emblématique de l’Asie. Pour vous mettre en contexte, toute mon enfance a été influencée par l’univers des mangas, des jeux vidéo, et des films des Studios Ghibli.

Lorsqu’il a fallu organiser mon aventure japonaise, l’une des premières expériences que je voulais absolument vivre était de me faire transformer en Geisha. Quel est l’intérêt me direz-vous. Si la pensée populaire veut que ces femmes soient ce qu’on appelait à l’époque des catins de luxe, et bien sachez qu’il n’en est rien. C’est toute une culture sophistiquée qui se cache derrière ses jeunes femmes. C’est ce que j’ai eu la chance d’apprendre et d’expérimenter lors de mon passage dans une maison traditionnelle de Geisha à Kyoto. Ma transformation m’a permis de comprendre mieux la culture japonaise et de m’en imprégner complètement. C’est le genre d’expérience culturelle qui vous marque à vie et qui restera, croyez-moi, à jamais dans vos meilleurs souvenirs.

Laetitia, Clouzote


3. Naoshima, Teshima et Shodoshima, Japon

En novembre dernier, j’ai voyagé dans les îles de la mer intérieure du Japon et j’ai eu un coup de coeur pour Naoshima, Teshima et Shodoshima, trois îles magnifiques. Les oeuvres d’Art contemporain dispersées à l’extérieur, mises en place suite aux différentes éditions de la Triennale de Setouchi (un festival international d’Art qui a lieu tous les 3 ans) représentent les points communs à ces trois îles qui m’ont particulièrement touchées. Ludiques, intégrées dans la nature, devant des panoramas exceptionnels, ces œuvres d’artistes renommés prennent une dimension bien différente que dans un musée. Pour la plupart, on peut s’en approcher, entrer à l’intérieur, s’y asseoir, les toucher et cette proximité permet d’être plus proche des artistes. Ces îles ont également en commun la volonté de mettre en valeur les atouts naturels du territoire, et de point de vue en point de vue, on découvre un Japon très éloigné de l’hyper-urbanisation  et de l’animation de sa capitale.

Sylvie, Le coin des voyageurs


4. Mui Ne, Vietnam

Avant de partir en voyage, je n’avais aucune idée qu’il se cachait au Vietnam un petit désert ! C’est en faisant des recherches pour me rendre dans le sud du pays que je suis tombée sur Mui Ne, une petite ville côtière de pêcheurs, et c’est à ce moment que j’ai découvert les dunes de sable blanc et orange qui s’y trouvent. Tout près de la mer, presque au centre de l’agglomération, ces dunes colorées donnent l’impression qu’on vient de tomber dans un autre monde. Après les villes populeuses du Nord où les coups de klaxon s’entremêlent, il fait bon marcher tranquillement (ou essayer de marcher) dans les collines sablonneuses de Mui Ne. Coup de cœur ou surprise, ce lieu mérite le détour!

Jennifer, Moi, mes souliers


5. Safari dans le parc d’Hurulu, Sri Lanka

Au Sri Lanka, dans la région de Polonnaruwa, les éléphants se promènent entre trois parcs nationaux, selon les saisons. N’oubliez donc pas de demander aux locaux où se trouvent les troupeaux avant de vous déplacer.

Une fois dans le bon parc, je scrutais chaque montagne, chaque rocher. Debout derrière le jeep, en me tenant à deux mains sur les barres de métal du toit, pendant qu’on s’enfonçait dans les routes de boue, je me croyais dans Jurassic Park. Entourée d’herbes, j’ai tout de même réussi à louper le premier éléphant devant nous. Pourtant, rien à voir avec les Où est Charlie? remplis de détails qui dilue notre attention. Trouver un éléphant dans une botte de foin, ce n’était pas plus facile que d’y trouver une aiguille. Mon conseil ? Si vous faites un safari, gardez l’œil ouvert pour les rochers gris. Si le rocher bouge, c’est un éléphant.

Véritable coup de cœur de mon voyage au Sri Lanka, je garde cette expérience en mémoire comme si c’était hier. Partir en safari, c’est l’exemple parfait de l’esprit de voyage. L’activité est simplement d’ouvrir ses yeux et de se laisser imprégner du moment. C’est tout, mais c’est tellement à la fois.

Annie, Annie Anywhere


6. Général Luna sur l’île de Siargao, Philippines

J’ai passé plusieurs heures dans cette petite ville qui se trouve sur l’île de Siargao tout à l’est de l’archipel des Philippines. Proche du spot de surf renommé CloudNine, les habitants ont cette nonchalance qui nous manque à nous européens, mais surtout ce sont les couleurs des vêtements, des maisons qui ont enchanté mes pupilles et je suis revenue avec une tonne de photos… L’église, l’école, les habitations, même modestes, sont un vrai arc-en-ciel…  Si l’on s’y rend l’après-midi, après avoir surfé un peu sur les vagues bien entendu, il faut absolument goûter le « pan de surf », qu’une dame cuit dans un four de fortune (quelques briques, quelques tôles). Le nom vient de la forme de la gourmandise en question, un peu allongée comme une planche ; une variante, le « pan de coco » est fourré à la délicieuse confiture de noix de coco … on se brûle un peu en les tenant dans les mains, mais quel bon goûter.

Virginie, A Taste of My Life


7. Koh Penh, Cambodge

Une petite découverte près de Kampong Cham, m’a fait fait sourire. Cette journée là je suis montée sur une espèce de radeau géant pouvant accueillir scooter, vélos et passagers. C’est cette plateforme conçue par les locaux (ingénieux cambodgiens) qui m’emmenait vers Koh Pen, une petite île du coin. Le soleil était au rendez-vous, pas un seul touriste dans les parages. Je commence à pédaler sans être dérangée mais j’attrape très vite des gouttes de sueur sur le front tellement la chaleur est difficilement tenable. Je croise quelques habitants souriants, la vie sur cette île a l’air d’être paisible. Je passe devant une école, puis un temple. Je continue ma route à vélo. Et il se passa une chose d’inattendue et d’impensable, du moins je ne pensais pas que cela pouvait exister sur une île cambodgienne: j’ai croisé un marchand de glace ! Ce n’est pas un marchand de glace comme je les connais en France : véhicule à quatre roues avec un vaste choix de glaces industrielles. Sur Koh Penh, le marchand de glace circule en deux roues avec son coffre de glace. La glace ou plutôt le sorbet glacé fait-maison qui tient sur un bâtonnet, je n’en connaissais pas le goût mais quel délice ! Quoi de mieux que de savourer une glace cambodgienne par 35 degrés de chaleur ? Vive les vacances !

Rattana, Ici Laos Cambodge


8. Yanshuo, Chine

Parfois, il y a des noms de villes qui ne vous dise rien. Et pourtant rien qu’à entendre leurs noms, nous les imaginons pleines de promesses. C’est le cas de Yangshuo en Chine dans la région du Guangxi. Avant de partir voyager en Chine, nous n’avions jamais entendu parler de cette ville. Et pourtant, une fois sur place, c’est le coup de cœur complet ! Nous avons même eu un gros pincement au cœur lorsque nous avons du la quitter… C’est dire si nous nous sentions bien…

Imaginez un paysage de carte postale : des rizières à perte de vue, traversées par des rivières paisibles. Le tout, agrémenté de pics karstiques et coloré par des champs de fleurs. Cette jolie image que vous avez en tête, c’est Yangshuo ou plutôt la campagne de Yangshuo. Pour profiter au maximum du calme et de la quiétude des lieux, enfourchez votre vélo ou votre scooter électrique et perdez-vous sur les petites routes de campagne. Prenez également le temps de descendre la rivière en radeau bambou, une expérience encore plus locale ! Ces 3 moyens de transports sont parfaits pour explorer la région à votre rythme ! Enfin, prenez de la hauteur dans les pics karstiques. Ces montagnes rocheuses, où il est possible de rejoindre le sommet pour admirer les paysages des alentours. Yangshuo, c’est un vrai petit paradis terrestre, bien caché en Chine !

Vous l’aurez compris Yangshuo est l’un de nos plus gros coups de cœur lors de notre voyage en Chine.

Thomas, Planète 3w


9. Les sources chaudes de Yudanaka, Japon

À Yudanaka, à une petite heure de tortillard de Nagano, on sait faire dans le traditionnel. Le village n’est qu’une succession de vieux bâtiments façon Voyage de Chihiro, et compte pas moins d’une dizaine d’onsen, sources chaudes souvent accessibles gratuitement. Et cela tombait plutôt bien, car s’il y a quelque chose que j’aime encore plus que voyager en solo, c’est aller barboter en solo dans des sources chaudes en hiver. Armée d’un yukata et pieds nus dans les geta prêtés par l’hôtel, je me suis lancée seule sur les pavés du soir. Le pub-crawl c’est tellement 2002 : place au onsen-crawl ! D’onsen en onsen, j’ai eu l’impression de pénétrer dans un pan intime du Japon, où on se met littéralement à nu, pour purifier notre peau autant que notre âme aux eaux brûlantes des onsen. Entre chaque plongée sous l’œil amusé des rares baigneurs présents ce soir-là, sûrement peu habitués à voir une grande bringue occidentale dans ce village reculé, j’ai savouré la caresse apaisante des flocons de neige entre chaque source, m’attendant presque à voir surgir un dragon ou un tanuki au détour des lumières de la nuit japonaise. J’aurais pu être à l’ère Meiji aussi bien que dans les années 2010 et cette soirée d’un autre temps reste ma plus belle expérience en Asie.

Audrey, Arpenter le chemin

Refuse to hibernate Arpenter le chemin sources chaudes Yudanaka Japon


 10. La Corée du Sud

Après avoir effectué plusieurs séjours dans différentes régions d’Asie, j’ai eu mon plus gros coup de cœur, pour la  Corée sud Sud ! Qu’est-ce qui m’a autant plus dans ce pays qui est souvent oublié par les voyageurs ? Je vais vous l’expliquer en 3 points. En premier, l’accueil des Sud Coréens. Ils adorent recevoir des visiteurs, faire découvrir leur culture et faire visiter leurs monuments. Je ne me suis jamais fais autant d’amis locaux que là-bas en quelques semaines. Une convivialité contagieuse donc qui nous mène au deuxième point, la nourriture ! Parce qu’elle est délicieuse, pas chère et qu’on en trouve à tous les coins de rues 24h sur 24h. Mandu, Bibimbap, Barbecue… si vous comptiez sur votre séjour pour faire attention à votre ligne, c’est raté ! Troisième et dernier point, la culture et les paysages. Les gens veulent tellement vous faire goûter la nourriture qu’on en oublie presque de visiter les lieux. Vous verrez qu’entre les métropoles urbaines qui vivent H24, les marchés de rues, les palais ou encore l’île de Jeju, vous n’aurez pas fini de tout voir dans ce superbe pays. Si vous souhaitez découvrir une destination, foncez en Corée du Sud !

Mick, Who is Mickwho

Refuse to hibernate Mickwho Gastronomie Corée du Sud


11. Nusa Lembongan, Indonésie

Nusa Lembongan, c’est le genre d’endroit où je prévoyais de rester seulement quelques jours, mais où je me suis sentie si bien que j’ai fini par avoir de la difficulté à le quitter.

Il faut dire que cette petite île au large de Bali avait tout pour me plaire de par ses nombreuses possibilités d’excursions et ses personnages attachants. J’ai adoré explorer les environs, car j’ai eu l’impression que l’ambiance était plus vraie et plus authentique que sur Bali d’où j’arrivais. D’ailleurs, plusieurs m‘ont révélé que c’était ce dont Bali avait l’air il y a une vingtaine d’années !

Sur l’île, les habitants font la culture des algues et j’ai trouvé fascinant et magnifique de les regarder travailler dans ce monde flottant d’apparence si paisible. En plus, autour de l’île, il y a d’innombrables endroits où plonger en apnée, une belle mangrove bien peuplée de bestioles à explorer, des plages paradisiaques où se prélasser, des vagues fortes et toujours au rendez-vous pour les surfeurs, et ce, dans une des atmosphères les plus détendues que j’aie pu sentir. Gageons que vous aussi vous aurez de la difficulté à en repartir!

Gabrielle, Vagabondeuse

Refuse to hibernate Vagabondeuse culture algues Nusa Lembongan Indonésie


12. Phrao, Thaïlande

En 6 mois à parcourir l’Asie, les coups de cœur furent nombreux, mais ceux qui agitent le plus nos souvenirs ne sont pas toujours ceux auxquels on s’attendait…

Comme Phrao, située à 85 kilomètres au nord de Chiang Mai, où il n’y a pratiquement rien à faire et peu à voir. Ce n’est pas de là que l’on impressionne avec son compte Instagram ni que l’on se vante à ses amis d’aventures incroyables. À Phrao, on laisse la vie couler. On profite de notre statut de rare visiteur étranger. On va au petit marché, on observe les vaches pâturer le champ derrière la maison, on se lève au chant du coq, on marche, souvent seul, dans les rues. On exploite le langage des signes avec quelques-uns de ses 5 500 habitants. Phrao, on en fait vite le tour, à la marche. Mais on s’en imprègne aussi rapidement. On se sent bien loin des îles populeuses du sud ou de la capitale au rythme effréné, et même de l’envoûtante Chiang Mai. En ce qui me concerne, notre passage là reste gravé dans nos mémoires. Un souvenir vide d’exploits touristiques, mais rempli de vrai et de simple.

Bianca, La Grande Déroute

Refuse to hibernate La Grande Déroute Phrao Thaïlande


13. L’autostop à travers l’Asie du Sud-Est

Au début de mon tour du monde, j’ai passé plusieurs mois à voyager en Asie du Sud-Est. Les meilleurs moments furent ceux passés au bord de la route, le pouce levé : que ce soit au Cambodge, au Vietnam ou en Malaisie, je n’ai jamais attendu plus de cinq minutes avant de faire une rencontre marquante.

Jamais la barrière de la langue n’a pesé sur les rires qui fusaient dans les véhicules. Jamais une mauvaise expérience n’est venue ternir le souvenir de cette aventure, que je conserve précieusement. Si je me suis souvent perdue, si j’ai été régulièrement invitée à manger toutes sortes de curiosités à six pattes, si j’ai parfois frémi à la vue de serpents ou de scorpions, j’ai pourtant réalisé un rêve, qui a été bien au-delà de mes espérances.

Faire de l’auto-stop m’a permis de vibrer au rythme des imprévus. Avec le temps, j’ai appris à apprécier ces instants presque irréels, et mon voyage s’en est trouvé transformé. En Asie, chaque kilomètre effectué le pouce en l’air m’a réveillée : excitation liée à l’inconnu, émotion face à la générosité sans faille de mes conducteurs, palpitations en contemplant les plus beaux paysages offerts sur un plateau. J’ai d’ailleurs tellement aimé cette région du monde que je reprends la route dans deux semaines, afin de relier Bangkok à Orléans en auto-stop, à travers la route de la Soie…

Astrid, Histoires de Tongs


14. Randonnée dans les environs de Hsipaw, Myanmar

Ce n’est pas les endroits coups de cœur qui manque pour nous sur le continent asiatique. Disons que notre continent « chouchou » nous aura émues plus d’une fois. Le Myanmar est un des pays que nous avons préférés en Asie du Sud-Est et ce, en grande partie grâce au village de Hsipaw et de ses environs. Cette région située dans le nord du pays attire moins les visiteurs qui préfèrent souvent des randonnées aux alentours du lac Inle. Pourtant beaucoup moins touristique et situé à seulement 5 heures (oui c’est relatif) de Mandalay, le détour vaut vraiment le coup ! Que ce soit pour des treks de quelques heures seulement ou de plusieurs jours, toutes sortes de randonnées peuvent s’improviser facilement lorsque l’on est sur place.

Les paysages sont certes jolis, mais c’est surtout les gens qu’on rencontre sur notre passage, les enfants souriants, les animaux et les villages tout droit sortis du siècle dernier qui sont marquants. De notre côté, le charme de l’endroit a opéré assez facilement. On a été accueilli chaleureusement par les familles de la minorité Palong à partager un repas délicieux, sans aucun doute le meilleur que j’ai mangé au Myanmar. On se souviendra également longtemps des conversations avec notre guide qui nous aura permis d’en apprendre beaucoup sur les habitants et la culture de ce pays qui vit encore énormément d’instabilité. Si vous cherchez un endroit paisible où vous serez presque seul sur les sentiers, loin du tumulte des grandes villes et où vous pourrez entrer en contact avec les minorités, Hsipaw est sans aucun doute l’endroit idéal.

Pam, Two travel Lovers


Bonus : Koh Phi Phi, Thaïlande

Koh Phi Phi, c’est mon petit coin de paradis en Asie. Depuis la première fois que j’y ai mis les pieds en 2008, j’y suis déjà retournée 5 fois, bref à chaque fois que je suis en Thaïlande. J’y vais toujours vers la fin du voyage car je n’arrive pas à la quitter. C’est seulement quand mon visa expire ou que j’ai un avion à prendre que je me force à quitter l’île.

C’est une île paradisiaque dans la mer d’Andaman turquoise. J’aime beaucoup car il n’y a pas de voiture sur l’île. Montez au point de vue pour voir la mer des deux côtés des côtes rocheuses magnifiques. Allez-vous balader sur l’île, il y a des plages tranquilles si on marche un peu ou qu’on y va en bateau. Et si vous aimez faire la fête, ça bouge bien la nuit avec des bars de plages. Beaucoup de gens la trouvent trop touristique, c’est vrai qu’il y a de plus en plus de monde et de constructions avec les années, mais pour moi, elle garde toujours son charme. C’est aussi un des meilleurs spots de plongée en Thaïlande. Koh Phi Phi Leh est «  la plage  » ou a été tourné le film «  The Beach  » avec Leonardo Di Caprio, sublime  ! Et comme c’est un parc national, c’est un endroit préservé, malgré la visite des touristes car il est interdit d’y construire quoi que ce soit, ni même d’y passer la nuit.

Emily, TravelandFilm

Refuse to hibernate Travel and Film Koh Phi Phi

Merci à tous les collaborateurs de cet article ! Et vous les baroudeurs, on espère que ça vous a donné envie de partir / repartir en Asie, nous en tout cas on a hâte de découvrir tous ces beaux endroits.

  • argone

    Quelle variété dans les expériences, c’est ce qui est passionnant dans cette petite compilation de témoignages ! Merci pour la mention de mon vécu aux Philippines 🙂

    • Merci à toi Virginie pour ta collaboration ! Vos récits nous ont vraiment donné envie de partir en Asie après notre PVT au Canada ! 😉

  • Emilyz

    Et bien voilà de quoi m’inspirer pour mon prochain voyage en Asie! Tellement d’endroits et d’expériences à découvrir.

    • Hello Emily, merci encore pour ta participation ! Rien de tel qu’une belle photo à Koh Phi Phi pour clore cet article.

      • Emilyz

        Merci. Avec plaisir.