Normandie, un week-end sportif et gourmand dans l’Eure

L’Eure c’est ce département que tout le monde traverse pour aller sur la côte normande depuis Paris, mais où l’on s’arrête rarement. Imaginez un endroit avec peu de touristes, où l’on peut pratiquer des activités sportives presque seul dans des endroits naturels d’exception. Avec en prime des habitants passionnés qui vous proposent des produits du terroir vrais et délicieux. C’est l’heure d’aller dans l’Eure !

Mickaël avait déjà été dans l’Eure lors d’une journée gourmande en Normandie avec le magazine québécois Dinette. Il avait notamment pris un petit-déjeuner aux Andelys avec une vue sur le château Gaillard. De mon côté c’était ma première fois et je dois dire que j’ai été charmée par ce département, mais surtout par l’extrême gentillesse de toutes les personnes que nous y avons rencontrées. Les Eurois sont passionnés par leurs terres et ils font tout pour mettre en valeur leur patrimoine.

 

Jour 1 : découvrir l’Eure en kayak 

En partant le samedi matin vers 8h30 de Paris, nous avons mis 2 heures à rejoindre Louviers où nous avions rendez-vous avec Aux Plaisirs de mon Moulin pour faire du kayak. Une fois nos affaires prêtes et les explications données nous avons mis nos deux kayaks à l’eau. Depuis la base nous devions faire du kayak entre Louviers et Léry soit 14 km. La descente dure normalement 2h50 et nous voulions faire une pause pique-nique. Sauf que bien sûr nous avons loupé le panneau à Léry et nous avons fait 5 km de plus… Autant vous dire qu’après 19 km, dont les derniers à vive allure, nous avions les bras bien musclés !

 

Descente de l’Eure en kayak

La première partie entre Louviers et Le Vaudreuil (6 km – 1h20) est parfaite pour se remettre dans le bain ! Dès le début, nous avons eu une passe à canoë afin de nous permettre de passer sur le côté d’un petit barrage. Ensuite nous avons pagayé jusqu’à Le Vaudreuil, il y avait un ou deux minis passages rapides, c’était marrant. D’ailleurs c’est une activité que vous pouvez très bien faire en famille avec des canoës à deux places. On s’est arrêté sur le ponton en bois à le Vaudreuil pour pique-niquer. Il faisait très chaud donc après avoir commencé le pique-nique sur le ponton, nous sommes finalement installés sur une table, à l’ombre, qui venait juste de se libérer.

 

La deuxième partie du parcours entre Le Vaudreuil et Léry (8 km – 1h30) est la plus belle. On contourne un barrage par la zone humide des Pâtures qui est une belle représentation de la richesse faunistique et floristique de l’Eure. Nous l’avons seulement traversée avec nos kayaks mais la prochaine fois, nous espérons avoir le temps de la parcourir à pied. Ensuite, nous avons longé les magnifiques demeures qui bordent la rivière. On nous a dit que c’est ici que vivaient les médecins, notaires et avocats du coin. Et normalement après les rapides de Val-de-Reuil, vous devez appeler la personne qui vient vous chercher puis quelques temps après vous devriez voir le panneau Léry !

Aux Plaisir de mon Moulin – Base du Roy
4 chemin du Roy, 21400 Louviers
Prix du kayak pour une 1/2 journée en week-end (15km) : 26€/pers.
Le site web : www.canoe-plaisirsdemonmoulin.fr

Ils proposent également des bateaux électriques, des vélos, des «bumpy» pour les enfants. Mais surtout plusieurs parcours de canoë/kayak selon vos goûts dont un de 48km avec 2 jours de bivouac.

 

Rencontre avec Michèle Lesage autour du Sureau

Nous avons ensuite roulé jusqu’à La Haye-de-Routot où nous avions rendez-vous avec Michèle Lesage. Ici, on l’appelle « Madame orties» car dans les années 1995 elle a fait une animation autour de la soupe d’orties. L’année d’après, elle organise « la fête de l’ortie » avec un restaurateur de La Haye-de-Routot, qu’elle met au défi de préparer des plats autour de l’ortie. Cette petite ville de 250 habitants accueille alors 2 500 visiteurs !

Mais ce n’est pas pour l’ortie que nous sommes venus voir Michèle, aujourd’hui elle a voulu nous en apprendre plus sur le Sureau. Nous faisons un rapide tour du Jardin des herbes sauvages, il y en a de toute sorte : des comestibles, des médicinales, des toxiques… Mais aussi des Sureaux ! On cueille d’ailleurs une ombrelle pour que Michèle nous explique comment elle l’a cuisiné. Nous revenons d’ailleurs dans la Chaumière car Michèle nous a préparé un délicieux crumble aux poires et fleurs de Sureau. Une délicieuse idée pour nous faire goûter les fleurs de Sureau !

Le Sureau fleurit en mai/juin, on cueille alors ses fleurs pour aromatiser des gâteaux, boissons ou infusions. Puis en septembre/octobre, on récolte ses baies noires qui elles servent à faire des sirops et des coulis.

La Chaumière aux orties – Association Terres Vivantes
15 Grande Rue, 27350 la Haye-de-Routot
Tarif : 3€ chaque entrée pour visiter le Jardin des Herbes Sauvages, le Four à pain ou le Musée du sabot. Il y a un Pass’ à 6€ pour visiter les trois.

 

Jour 2 : le Marais Vernier

Rencontre avec l’Escargotier au Marais Vernier

On se rend dans le Marais Vernier de bon matin pour rencontrer Lucile & Yves dans leur jolie ferme. Ils sont producteurs et agriculteurs, ce qui leur permet d’avoir une autonomie alimentaire et de proposer des produits fermiers à la vente. On peut donc acheter des escargots cuisinés, des produits de la ruche, des plantes sauvages, des boissons (cidre, limonade de sureau…), des champignons etc. Le vendredi soir ils produisent du pain dans leur four et fournissent ainsi leurs voisins.

À côté de leur métier de producteurs ils s’adonnent à plusieurs activités telles que :

  • la vannerie sauvage (art de tresser des éléments naturels entre eux pour en faire des objets)
  • l’artisanat : buta drum, bouffadou, fleurs en saule…
  • les formations : en permaculture et les chantiers-école (construction, travail de la terre / argile…)

Yves nous a fait faire le tour de son jardin en nous expliquant tout ce qu’ils avaient mis en place pendant ses dix dernières années de permaculture. Je (Audrey) connaissais déjà un peu le principe car mon papa en fait. Mais son jardin n’est pas aussi développé que celui de Lucile & Yves. Si vous avez vous aussi un potager je vous invite à vous renseigner sur cette technique. Et si une formation en permaculture vous intéresse, retrouvez toutes les informations des formations de Yves sur ce site.

L’escargotier
18 bis le Bout d’Aval, 27680 Marais-Vernier
Le site web : www.escargotier.org

 

Déjeuner à l’Auberge de l’Étampage

C’est quelques mètres plus loin, dans le bourg du Marais Vernier que nous avons rendez-vous pour déjeuner. L’Auberge de l’Étampage est l’un des rares restaurants du Marais-Vernier et en ce dimanche midi tout le monde s’y réunit pour déjeuner en amoureux, en famille ou entre amis. C’est un lieu convivial où la propriétaire nous accueille tout sourire et son joli accent du sud. Il fait chaud donc on prend un pétillant à la framboise (sans alcool) pour l’apéro. En entrée je me laisse tenter par un tartare d’avocat.

Tous les plats sont bien travaillés à l’Auberge de l’Étampage, par exemple, le tartare est revisité avec de morceaux de radis, de la coriandre, de l’oignon, de la tomate et un autre ingrédient que je pense être de l’artichaut. Pour le plat Mickaël prend une joue de porc et moi une souris d’agneau, ils sont accompagnés d’une purée parfumée à la truffe et d’une délicieuse sauce. Les prix sont assez élevés pour un petit restaurant comme celui-ci mais rassurez-vous les portions sont généreuses.

Pour les petits curieux : l’étampage était une ancienne technique qui consistait à marquer les chevaux et les bœufs de la commune au fer rouge. Ainsi les troupeaux du village étaient marqués par les lettres « MV » pour Marais-Vernier.

Auberge de l’Étampage
82 Quartier de l’Église, 27680 Marais-Vernier
Menu du midi : 23 € entrée, plat, dessert

 

Le Marais Vernier et la Route des Chaumières en vélo électrique

Le programme de l’après-midi : éliminer toutes les bonnes choses que nous avons mangées en découvrant le Marais-Vernier à vélo. Nous avons donc rejoint Isabelle Hué au B&B les Cigognes pour récupérer deux vélos électriques afin de faire la boucle de 29 km à travers le Marais-Vernier. Ce qui est super avec les vélos électriques c’est que même si nous ne sommes pas de grands sportifs et même si il y a des cotes, la balade reste un bon moment ! Nous avions déjà testé et approuvé à Sancerre et dans l’Eure-et-Loir.

Nous voici donc parti au milieu des champs remplis de chevaux de Camargue, de vaches normandes, des vaches Highlands et de cigognes. La route est très agréable, presque sans voiture et bordée de magnifiques chaumières. Quelques kilomètres plus loin nous nous arrêtons à l’observatoire de la Grand’Mare, une grande tour qui vous permet de surplomber cette zone humide. Elle est dotée de jumelles pour que petits et grands puissent y observer les nombreuses espèces d’oiseaux. À cause de la chaleur le ciel était chargé ce qui donnait un aspect un peu brumeux, pas l’idéal pour les photos animalières…

Vu que nous avions pris un peu de retard avec les photos, nous avons bifurqué sur la D103, évitant ainsi Quillebeuf-sur-Seine. Et après une bonne côte de 20% nous avons rejoint le phare de la Roque qui offre un beau point de vue sur la vallée de la Seine, le pont de Tancarville et celui de Normandie. Enfin, nous sommes retournés au B&B les Cigognes pour rendre nos beaux vélos.

Informations

Les Cigognes
211 Bis Chemin du Rot, 27680 Marais-Vernier
Tél : 06 68 03 39 39
Tarif pour une location de vélo-électrique : 25 euros / personne
Le site web : www.lescigognesdumarais.fr

On vous conseille vraiment cette activité car selon nous il n’y a pas de meilleur moyen de visiter le Marais-Vernier ! Sachez qu’Isabelle propose également un circuit vélo jusqu’à Honfleur et qu’elle a un gîte sur place si vous souhaitez y passer la nuit. Elle teste tous ses parcours donc vous pouvez être certain qu’elle a choisi les meilleurs circuits pour que la route vous soit des plus agréable.

 

Jour 3 : les produits du terroir

Dégustation de Cidre à la ferme du Ponctey

La ferme du Ponctey c’est avant tout une affaire familiale. Deux générations de la famille Jaouen y travaillent. Les parents Florence et Philippe s’occupent des cultures et leur fils Marc s’occupe de toute la partie communication et marketing. Un vrai travail d’équipe !

C’est Florence qui nous accueille et elle nous explique d’abord l’histoire de la Ferme du Ponctey. C’est une place gorgée d’histoire car pendant la Seconde Guerre Mondiale un aérodrome allemand remplaçait les champs de pommes. Quand la famille l’a racheté, il y a plus de 25 ans, ils ont décidé de planter leur verger autour du corps de ferme. Puis ils ont mis en place la cidrerie et le chais dans les bâtiments historiques. Plus de 9 000 pommiers ont été plantés en trois printemps, de 1994 à 1996, donnant 9 variétés de pommes.

Sur les 14,5 hectares qu’ils ont, 4,5 hectares sont pour leur propre transformation et les 10 autres hectares partent à la coopérative pour la production cidricole externe. Ils proposent donc à la vente des produits fermiers tels que du jus de pomme, du cidre, du Calvados et du Pommeau. Chaque étape de la production est effectuée sur leur domaine, à partir de leurs propres pommes uniquement tout en respectant des techniques traditionnelles. On a fait une dégustation de cidre, de Calvados et de Pommeau et on a adoré les trois ! C’est une bonne idée cadeau pour faire plaisir ou se faire plaisir.

Ferme du Ponctey
2159 côte Deshayes, 27500 Triqueville
Le site internet : www.ponctey.fr

 

Pont-Audemer, un des plus charmants villages de l’Eure

Nous sommes arrivés à Pont-Audemer le lundi vers 12h, l’heure tardive et la petite pluie fine avait un peu vidé le marché. Nous avons quand même parcouru sa rue principale et ses rues perpendiculaires qui offraient de jolis points de vue sur les maisons à colombages et sur les canaux. On suppose que c’est encore plus charmant sous le soleil…

Pour les gourmands comme nous, deux adresses à ne surtout pas manquer :

  • Olivier Deschamps Chocolatier où nous avons acheté deux spécialités pour le dessert : le mirliton et la gourmandine. Les deux sont en chocolat mais le deuxième contient également un mélange subtile de Pommeau.
  • Au fromage blanc : sur les conseils d’Isabelle du gîte de la Cigogne, nous sommes allés acheter du Bria Savarin à la truffe. Il est vraiment très bon ! N’aimant pas la truffe je peux vous dire qu’ils ont réussi l’exploit de me faire aimer un fromage avec de la truffe.

 

Déjeuner à l’Endroit Biscornu

Il se met à bien pleuvoir donc nous rentrons nous abriter à l’Endroit Biscornu qui est l’un des rares restaurant ouvert le lundi à Pont-Audermer. La carte est courte, gage de plats fait maison. Nous ne choisissons qu’un plat chacun car nous savons qu’un café gourmand nous attend ensuite. Mickaël prend un thon snacké accompagné de riz et de ratatouille et je choisis un burger végétarien. C’est un mélange de légumineuses qui remplace le steak, avec une sauce saveur mexicaine qui relève les saveurs.

L’endroit Biscornu
18 Rue de la République, 27500 Pont-Audemer
Tarifs : plats du jour allant de 9 € à 15 €
Le site internet : www.biscornu.fr

 

Rencontre avec Myriam Duteil, productrice de Safran bio

Pour terminer ce week-end en beauté, nous allons à la rencontre de Myriam, propriétaire d’une Safraneraie et du magnifique gîte du Domaine de Gauville. Cette ancienne parisienne a tout quitté pour venir s’installer dans l’Eure afin de cultiver l’Or rouge.

C’est entre le XIe et le XIIIe siècle que le safran arrive en France, après la période des croisades. La France va être le premier producteur de safran au monde pendant 3 siècles : du XVe au XVIIIe siècle. À cette époque, la plus grande safraneraie est à Caen, elle est utilisée pour la médecine et la parfumerie. La France est maintenant le troisième exportateur mondial.

Myriam nous explique la difficulté de cultiver le safran, surtout la récolte exclusivement faite à la main à l’automne. Chaque jour tout le monde s’active pour ramasser les fleurs (Crocus Sativus) dès l’aube. On comprend pourquoi le Safran est l’épice la plus chère du monde : 35 000 euros le kilo. Sachant qu’il faut environ 200 000 fleurs pour faire un kilo de safran.

Après la récolte, Myriam émonde la fleur pour extraire le pistil et les fait sécher au four à basse température. Elle obtient donc le produit fini qui peut s’utiliser en cuisine ou pour faire des produits transformés comme de la glace, des meringues, des confitures… Nous avons d’ailleurs fait un thé gourmand pour goûter tout ça, la glace était incroyable on vous conseille d’aller la goûter !

Domaine de Gauville – BIAO Safran
Hameau de Gauville 3, Gauville, 27800 Saint-Pierre-de-Salerne
Les activités : en octobre : la visite guidée commentée qui se termine par une dégustation de la glace au safran : 5 euros. (Remboursés si 20 euros acheté à la boutique) / Déjeuner fermier : 16 euros.
Retrouvez les conseils d’utilisation du safran et plein d’idées de recettes sur le site.

 

Pour bien préparer son week-end dans l’Eure

Comment y aller depuis Paris ?

Le meilleur moyen de visiter le département de l’Eure sur un week-end reste la voiture. Vu que nous habitons vers la Gare de l’Est à Paris, nous avons loué une voiture chez Enterprise puis nous sommes passés par le nord de Paris pour rejoindre l’A15. Honnêtement le samedi matin vers 8h ça roulait très bien donc en une heure nous étions déjà aux portes de l’Eure.

Vous pouvez bien sûr prendre le train jusqu’aux gares de Louviers, Bourgtheroulde-Thuit-Hébert ou encore Brionne pour visiter les mêmes lieux que nous. Ensuite, vous pouvez louer des vélos sur place mais il faudra vous concentrer sur une zone plus restreinte ou alors consacrer plus de temps à votre séjour. Mais le Slow Travel c’est bien aussi !

 

Où dormir dans l’Eure ?

Nous avons eu la chance de découvrir La Cabane Heureuse, qui est un nouvel hébergement écologique (ouvert depuis mai 2019) à La Haye-De-Routot. Élodie et Vincent ont construit leur petite maison en bois de rêve au fond de leur jardin et nous invitent au retour aux choses simples et au lâcher prise dans un superbe environnement naturel.

La cabane est parfaite, vous avez une salle de bain, un espace salon / cuisine fonctionnel et une mezzanine avec le lit.

Le matin ils préparent un délicieux petit-déjeuner au choix :

  • un miam ô fruits : purée de banane avec huile de colza, jus de citron, graines de lins, sésame, courges, chia, tournesol et des fruits frais.
  • ou des tartines de pain maison avec de la confitures, des fruits secs et une petite coupelle de fruits.

Ils accompagnent le tout de jus de pomme normand et d’une boisson chaude au choix. Un vrai délice !

 

La Cabane Heureuse
50a rue du Village 27350 La Haye de Routot
Tarifs : 150 € pour les 2 nuits et 7 € /pers le petit-déjeuner bio.
Site internet : gite-ecologique-normandie.fr

Si comme nous vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre sur notre compte Refuse to hibernate. Vous pouvez même épingler cet article afin de le garder précieusement :

 

Ce week-end a été réalisé main dans la main avec l’Office de Tourisme de l’Eure et ses partenaires locaux. Nous restons comme d’habitude libres de nos choix éditoriaux.

(Visited 907 times, 3 visits today)