Visiter Oslo en 3 jours, un week-end au vert

Oslo a été désignée capitale verte européenne pour 2019. Nous étions donc très intrigués de voir les projets innovants et durables qui s’y développaient. Une ferme urbaine, des ruches sur les toits, des hôtels et des restaurants écologiques… Voici le parfait city guide pour visiter Oslo de façon green !

Le statut de capitale verte ne s’explique pas uniquement par les nombreux espaces verts de la ville. L’objectif de la municipalité : une réduction des gaz à effet de serre, par rapport à 1990, de 50% d’ici 2020. Ce qui représente environ 600 000 tonnes de CO2. Mais surtout une volonté de les réduire de 95% d’ici à 2030. Pour ce faire la municipalité souhaite que le centre-ville devienne sans voiture et que les nouveaux projets urbains s’inscrivent dans une dynamique durable.

 

Pour bien préparer son week-end

Le visa

Vous n’avez pas besoin de visa si vous êtes un ressortissant de l’Union Européenne. Seule votre carte d’identité (ou votre passeport) vous suffira pour rentrer en Norvège.

 

Le Oslo Pass – Official City Card

Si vous êtes à Oslo pendant 2 ou 3 jours et que vous souhaitez visiter des musées et prendre les transports en commun on vous suggère de prendre le Oslo Pass :

  • 24 heures : 445 NOK soit 45 ,
  • 48 heures : 655 NOK soit 67 ,
  • 72 heures : 820 NOK soit 84 .

Au lieu de l’acheter sur place vous pouvez le commander via l’application mobile « Oslo Pass – Official City Card ». Elle existe pour iPhone et Android. Ensuite, il faut activer votre pass juste avant de vous en servir, vous verrez alors un décompte de temps s’afficher. Pour nos 3 jours à Oslo on a choisi une carte 48 heures, c’était suffisant car le premier jour nous arrivions en début d’après-midi. Par contre veuillez noter que le train ou le Flytoget entre l’aéroport et le centre-ville d’Oslo ne sont pas compris dans ce Pass.

☞ Retrouvez la liste de tous les avantages de l’Oslo Pass.

 

Les transports

L’avion : nous avons pris Air France à l’aller et Norwegian au retour. Si vous regardez les prix trois mois en avance vous pouvez avoir des vols aller / retour à 80 € par personne. Ce sont les tarifs que nous avons trouvé sur le comparateur que nous utilisons toujours !

Le train : depuis l’aéroport vers le centre-ville d’Oslo (station : Oslo S – Central Station) et inversement vous avez deux choix. Soit le Flytoget qui coûte 200 NOK/ personne (20 €) et qui met 19 minutes. Soit le train Vy qui coûte 110 NOK/personne (11 €) et qui met 23 minutes.

Le vélo : pour les amateurs de la petite reine sachez qu’Oslo est une ville qui se visite très bien à vélo. Elle n’est pas très étendue et dispose de pas mal de pistes cyclables. C’est donc un vrai bonheur d’y pédaler ! Vous pouvez soit louer votre vélo dans un magasin ou un hôtel ou prendre un Oslo city bike en téléchargeant l’application mobile !

Il y a 236 stations à travers la ville, ouvertes de 05h00 à 01h00 tous les jours pendant la belle saison (avril à novembre). Vous pouvez acheter un Day Pass à 49 NOK (5 €) qui vous permettra de pédaler pendant 60 minutes dans les 24h de sa validation. Vous devrez ensuite recharger votre Pass.

Les transports en commun (métro, bus, bateaux…) : ils sont gratuits avec la Oslo City Card et desservent très bien la ville, la presqu’île de Bygdoy et les îles alentours.

 

Quand aller à Oslo ?

Oslo est une ville qui se visite à chaque saison. En hiver, quand elle revête son manteau blanc, que les journées sont courtes et la lumière fabuleuse. Quand il commence à faire bon et que vous pouvez aller vous baignez dans les eaux du Fjord (pour les plus courageux) au printemps ou en été. Ou encore quand les feuilles des arbres se parent de doré et de couleurs rougeoyantes à l’automne.

 

Quel budget pour un weekend à Oslo ?

Comptez environ 440 € par personne pour un week-end de 3 jours à Oslo. La Norvège est un pays où le niveau de vie est relativement élevé donc un week-end peut vite revenir cher. Surtout si comme nous vous choisissez un hôtel central et si vous mangez pas mal au restaurant. Voici le détails de nos dépenses :

  • 160 € de billet d’avion Paris – Oslo A/R pour deux avec les compagnies Air France et Norwegian
  • 336 € les 2 nuits d’hôtel au Clarion Hotel The Hub avec petit-déjeuner
  • 134 € d’Oslo Pass
  • 250 € de restos / bar (comptez en moyenne 25 euros/personne pour un repas sans boisson)

 

Autres informations importantes

  • La devise est la couronne norvégienne (NOK),
  • C’est le même fuseau horaire qu’en France (UTC+2),
  • Les prises électriques et le voltage sont les mêmes qu’en France.
  • Emmenez toujours un k-way quand vous visitez Oslo au printemps ou en automne car il a l’air de pleuvoir régulièrement… Et bien sûr une bonne paire de basket car Oslo se visite surtout à pied !
  • Vous pouvez télécharger l’application mobile de Visit Oslo qui est disponible en français et qui vous permet d’avoir accès  plus facilement aux informations de l’Office de tourisme.

 

Jour 1 : Oslo et ses innovations urbaines durables

On arrive à dans le centre-ville vers 12h30, on décide donc d’aller au Clarion hotel the Hub qui se trouve juste en face de la gare centrale. Notre chambre est déjà prête, on en profite pour y déposer nos valises avant d’aller manger.

Malgré la pluie on décide de rejoindre le Vulkan à pied pour prendre le pouls d’Oslo. La plupart du centre-ville est piéton, ce qui rend les déplacements à pied très agréables. De plus, plus de 52% des véhicules sont hybrides ou électriques ce qui les rend presque totalement silencieux. On est bien loin de l’agitation parisienne !

 

L’éco-quartier de Vulkan

Dans l’optique d’écrire cet article autour d’un sujet qui nous tient à cœur : les villes vertes, nous ne pouvions pas passer à côté du Vulkan. Si vous ne le connaissez pas encore c’est un superbe projet urbain qui s’inscrit dans une démarche durable grâce à son architecture innovante et écologique. Il réunit des bureaux, deux hôtels, des restaurants, des appartements, des écoles et le premier marché alimentaire d’Oslo.

Le Vulkan possède son propre système de chauffage central qui fonctionne en parallèle du réseau de chauffage urbain de la ville. Il est composé de puits géothermiques d’une profondeur de 300 mètres mais aussi d’un immeuble dont la façade accueille un système solaire de chauffage de l’eau. Cet éco-quartier représente à lui seul un bel exemple de ce que seront les Smart City de demain !

 

Le Mathallen, premier marché alimentaire d’Oslo

Vu qu’il pleut beaucoup et que nous ne pouvons pas profiter des extérieurs, nous nous réfugions au Mathallen. C’est un immense centre gastronomique qui réunit des cuisines des quatre coins du monde. Après un rapide tour des stands, nous décidons de déjeuner au Vulkan Fisk. C’est un restaurant qui se fournit en poissons et crustacés chez le poissonnier d’à côté, donc on est sûr de manger de bons produits de la mer.

Notre choix se porte sur le fish and chips dont j’avais lu beaucoup de bien dans un magazine. 210 NOK (22 euros) par personne, ce qui est un peu cher comparé aux fish and chips que nous avons l’habitude de manger à Paris… Mais de toute façon les prix norvégiens sont globalement beaucoup plus élevés qu’en France. Nous avons une très belle part de poisson qui est par ailleurs excellent. La purée de petits pois est très bonne, en revanche petite déception sur les frites…

Les ruches du Vulkan

Après avoir repris des forces, nous avons rejoint Alexander pour une visite assez insolite. Alexander est apiculteur et il nous a emmené sur les toits du Vulkan pour aller voir quelques-unes de ses ruches ! Il a une petite ruche blanche qui compte déjà 60 000 abeilles et deux autres ruches en bois, conçues par le célèbre studio norvégien de Design et d’Architecture : Snøhetta. Ces deux ruches atypiques devraient accueillir, d’ici la fin de l’année, 50 000 à 60 000 abeilles chacune. Il produira ainsi 40 à 50 kilos de miel par ruche lors de la récolte annuelle.

Alexander a de nombreuses ruches disposées un peu partout dans la capitale. L’initiative d’implanter les abeilles en milieu urbain s’inscrit dans la continuité de faire d’Oslo une ville durable. N’oublions pas que les abeilles pollinisent les fleurs, les fruits et les légumes, il est donc indispensable qu’elles vivent au cœur de la ville.

Pour la petite histoire ensuite nous sommes allés au magasin Ost & Sånt où Alexander vend son miel. J’en ai donc acheté un pot en me disant que vu que c’était du miel qui avait l’aspect solide ça passerait à l’aéroport… Et manque de pot, si je puis dire, il est resté avec le mec de la sécurité à l’aéroport d’Oslo lors de notre retour.

Heier Du Rietz
Vous pouvez prendre contact avec Alexander pour organiser un tour guidé avec lui : alexander@heierdurietz.no
Réseaux sociaux : instagram et facebook

 

Grünerlokka

Grünerlokka était un quartier industriel rempli d’usines mais vers la fin du vingtième siècle il a connu une gentrification importante. Maintenant c’est un quartier alternatif où on trouve plein de petits cafés et restaurants, des friperies et pas mal de street art ! Quand on l’a visité il venait de pleuvoir donc on s’est amusé à faire des photos avec la réflexion dans les flaques d’eau.

 

Ensuite nous avons pris la direction de la rue Damstredet où on trouve de jolies petites maisons de bois, très bien conservées, datant de la fin du XVIIIème et du XIXème siècle. À l’image de la rue Crémieux à Paris, elle accueille beaucoup de touristes qui viennent y faire leurs photos.

 

Pour finir en beauté cette première journée à Oslo on file dans le bar caché Himkok qui se situe non loin de la place Youngstorget où il y a plein de bars et restaurants. Puis on retourne vers Grünerlokka car on a vu un restaurant libanais qui nous plaisait bien : le Ben Reddik. Il est déjà 20h30 et par chance ils ont une table de deux qui se libère. On fait donc la connaissance de nos voisins qui sont installés à la table juste à côté : Lina et Karim, deux norvégiens absolument adorables. On a passé la soirée à discuté avec eux, de la Norvège, de voyages, de nos vies… Ils ont commandé une bouteille de vin qu’ils nous ont gentiment proposé de partager. On avait l’impression de dîner avec des amis donc le temps est passé tellement vite. On s’est promis de se revoir s’ils venaient à Paris. Cette fois-ci, ce sera à notre tour de leur faire découvrir notre ville et nos bons vins.

 

Jour 2 : Bygdøy et Bjørvika

Le Musée Folklorique Norvégien

Le samedi matin il faisait un temps magnifique, nous en avons donc profité pour aller sur la presqu’île de Bygdøy. Nous voulions visiter le musée folklorique norvégien qui est assez atypique car il est en plein air. Donc vu qu’il ouvrait à 10h00 nous avons pris le bus 30 à 9h29. Un conseil si vous voulez y être à l’ouverture : ne loupez pas le bus car après il faut attendre entre 15 et 20 minutes pour avoir le prochain. Si vous êtes vers Oslo S, vous devez prendre le bus au départ de Tollboden jusqu’à Folkemuseet.

Le musée folklorique norvégien est très intéressant car il présente des maisons et des fermes norvégiennes des années 1400 aux années 1900. On a beaucoup aimé le quartier de la classe ouvrière des années 1800-1900 car il montre aussi bien des maisons que des commerces de l’époque comme un tabac, une station essence ou encore un vendeur d’alcool.

Ce qui est marrant, c’est que le personnel du musée est en tenue d’époque et ils s’attellent tous à des tâches de la vie quotidienne qui correspondent à l’époque qu’ils représentent. On a vu des artisans faire des rénovations avec les outils de l’époque ou encore une dame couper de l’herbe avec une ancienne faucille. Si vous êtes en famille c’est un musée qui plaira à vos enfants car il y a pas mal d’animations pour les divertir.

 

Pique-nique sur la presqu’île de Bygdøy

Après la visite on décide de prendre un pique-nique à la cafétéria du musée le Arkadia Café. Ils proposent des salades, des sandwichs ou des plats du jour mais comme d’habitude à Oslo c’est cher pour ce que c’est. On prend donc deux sandwichs et deux desserts et on reprend le bus jusqu’à son terminus pour aller manger sur la plage de Paradisbukta.

On traverse tout d’abord une petite forêt puis on arrive au bord de l’eau. Il y a un banc sur un rocher, qui surplombe la plage, avec une vue magnifique sur le Fjord… C’est décidé ce sera notre spot de pique-nique ! On mange nos tartines en gardant un œil sur les mouettes, pour éviter qu’elles nous en piquent un morceau. Une fois notre petit festin terminé nous rejoignons la plage nous mêlant aux couples et aux familles venus passer l’après-midi en plein air. C’est ça la beauté d’Oslo : un accès très facile à des espaces naturels.

 

Le musée des expéditions polaires (FRAM)

Avant de prendre le bateau pour revenir vers le centre d’Oslo, nous avons fait un tour au FRAM : le musée des expéditions polaires. Nous sommes passionnés par les pays froids, comme l’Islande et le Canada, alors ce type d’expédition nous a souvent laissé rêveurs…

Tout d’abord on est allé voir le film qui présente les différentes expéditions du FRAM. Dans la salle à l’étage il y a également des panneaux qui racontent toute l’histoire de l’expéditeur norvégien Roald Amundsen. Cet homme a vécu 2 ans auprès des Netsiliks, un peuple Inuit du Nunavut au Canada. Sa vie est absolument passionnante !

 

La ferme urbaine de Losæter

De retour dans le centre, nous décidons de poursuivre notre découverte de la ville en poussant vers l’est. Dans un quartier très récent qui s’appelle : Bjørvika. En 2013, c’est dans ce quartier que de la terre de fermes norvégiennes a été transportée pour créer le premier jardin urbain d’Oslo : Losæter ! Intrigués par le concept de « ferme urbaine » nous sommes allés leur rendre visite.

À Losæter vous avez un grand jardin où poussent plein de légumes et herbes aromatiques puis vous avez des petits lopins individuels. Il y a un bel espace pour les événements, tout en bois et matières transparentes qui ressemble à une coque de bateau. Et il y a même des poules en contrebas du jardin, vers le petit abri et les serres.

Il y a plus de 400 personnes qui participent à cette ferme urbaine. Ils sont tous issus d’horizons différents : étudiants, herboristes, boulangers, apiculteurs, fermiers et bénévoles. Pas besoin d’avoir de grandes connaissances en agriculture, chacun aide à sa manière. En été, un dîner communautaire est ouvert à tous chaque mercredi soir. Les gens se retrouvent à 17h00 pour récolter les légumes avant de les préparer pour dîner. On aurait adoré participer à ce type d’événement !

 

Le Barcode

Le Barcode est un ensemble de 12 immeubles, qui, si on les regarde de loin ressemblent à un code barre. D’où son nom, vous l’aurez compris. Pour nous, le Barcode s’inscrit, au même titre que le Vulkan, dans la lignée des nouveaux modèles de Smart City. C’est un concept du cabinet d’architecture MVRDV de Rotterdam et les cabinets norvégiens DARK Architects et A-lab. Il a été conçu pour favoriser l’ouverture sur le fjord, l’accès à la lumière et un aspect aéré. Tout comme le Vulkan, le quartier accueille des bureaux, des appartements, des lieux culturels mais aussi de très bons restaurants.

Si vous êtes fan(s) d’architecture vous ne pouvez pas manquer le Barcode. C’est également un véritable terrain de jeu pour les photographes. On s’est amusé pendant une bonne heure à trouver des angles pour photographier l’architecture atypique des bâtiments et des ponts alentours.

 

L’Opéra d’Oslo

Après avoir mangé notre dîner mexicain (retrouvez toutes nos bonnes adresses à la fin de cet article) nous voulions voir le coucher du soleil depuis le toit de l’Opéra. Malheureusement le temps était couvert donc c’était loupé pour le coucher du soleil…

L’Opéra d’Oslo a été construit en 2008 et il est rapidement devenu un des symboles de la ville. Son architecture tout en marbre blanc, renforcée par de grandes baies vitrées, semble sortir du Fjord tel un iceberg. Ce que l’on adore c’est son rooftop, une belle manière de démocratiser l’architecture en la rendant accessible à tous. Vous ne serez donc pas surpris de savoir que c’est encore une œuvre ingénieuse de l’agence d’architecture norvégienne Snøhetta.

 

Jour 3 : un dimanche green à Oslo

La parc de Vigeland

Dimanche matin, nous prenons le métro direction le Vigelandsparken. Avec plus d’un million de visiteurs par an, le parc Vigeland figure dans le top des attractions à faire en Norvège. Donc même si on aime pas trop les sites touristiques on se devait d’aller y jeter un œil.

Toutes les œuvres de la vie du sculpteur norvégien Gustav Vigeland (1869-1943) y sont exposées. Ce sont plus de 200 sculptures en bronze, granit et fer forgé que vous pouvez observer en vous promenant dans ce très grand parc. Même si il y a du monde qui le visite, car énormément de bus touristiques y font un arrêt… Vous vous retrouvez vite presque seul une fois que vous quitterez l’allée principale.

 

Le jardin botanique d’Oslo

Pour terminer en beauté ce week-end à Oslo, toujours sur une note « verte », nous avons traversé Oslo en bus pour aller jusqu’au jardin botanique. C’est un superbe jardin avec de belles serres où l’on peut admirer des spécimens exotiques dont une dédiée à des cactus. Un véritable oasis en pleine ville ! Si le cœur vous en dit vous pouvez également aller faire un tour au musée de Munch. De notre côté nous sommes allés bruncher dans une petite adresse non loin du jardin. Après la pause déjeuner c’était déjà l’heure de repasser chercher nos valises à l’hôtel pour filer à l’aéroport.

Où manger et boire un verre à Oslo ?

Himkok

Si il y a un concept que l’on adore c’est bien celui du bar caché. Quand nous avons su qu’il y en avait un sympa pas très loin de notre hôtel, nous avons tout de suite noté l’adresse.

Quand vous arrivez au 27, il faut sonner à l’interphone, quelqu’un vous ouvrira la porte. Vous arriverez dans un escalier, montez au premier étage et ouvrez la porte de droite. Vous allez tomber dans un Barber shop et il faudra passer par celui ci pour accéder au bar. Dans celui ci vous avez principalement de la bière, si vous êtes plutôt cocktails, vous pouvez descendre à l’autre bar. Vu qu’il y a du monde très tôt on vous conseille de réserver une table à l’avance. Il n’y avait pas de place pour nous donc nous sommes retournés côté bière. Un blonde pour Mickaël et une blanche pour moi. On s’est lové dans deux fauteuils en cuir pendant que nos voisins buvez une pinte devant un cheval d’arçons qui servait de siège. Prix : environ 20 euros pour deux pintes.

 

Ben Reddik

Le Ben Reddik est un restaurant libanais sur le principe de tapas à partager. C’est le restaurant que nous avons préféré à Oslo.

Nous avons pris : deux portions de Falafel, des briques de fêta, une trempette d’aubergine avec du pain pita, du Muhammra et un dessert au chocolat. On a adoré les falafels et les briques de fêta c’était délicieux ! Nos charmants voisins nous ont offert du vin et nous ont fait goûter un de leur plat car ils avaient pris le menu dégustation qui était vraiment copieux. Nous avons donc eu une note de 560 NOK soit 57 euros. Si vous ne deviez faire qu’un restaurant dans votre week-end, on vous conseille celui-ci !

 

Taco Republica

Le Taco Republica est encore une adresse trouvée au fil de nos pérégrinations dans Grünerlokka. Nous l’avions repérée le vendredi et nous sommes allés y dîner assez tôt le samedi soir. Vu que nous n’avions réservé aucun des restaurants du week-end on voulait être sûr d’avoir une place. Dans ces cas là il faut soit venir avant 19h soit après 20h30. Nous avons pris deux pintes, un guacamole à partager, deux ceviches et trois tacos chacun. Encore une fois les portions n’étaient pas très grosses, surtout le ceviche qui était vraiment tout petit. On s’en sort avec une note de 835 NOK soit 84 euros mais pas vraiment repu.

Brunch au Grådi

Une belle adresse pour ceux qui aiment manger de bon produits, bien travaillés. Ils proposent des plats végétariens et vegans donc il y en a vraiment pour tous les goûts.

Il faisait beau donc nous voulions une place en terrasse mais malheureusement tout était déjà réservé. On a quand même eu un petit bout de table basse au fond du restaurant, vers les cuisines. Ce n’était pas la plus belle place mais c’était ça ou rien. On a commandé un avocado toast et des gaufres avec du poulet grillé. Pour les plats à presque 14 euros je pensais que ce serait plus copieux mais bon on est à Oslo… Pour essayer de me caler un peu plus, j’ai choisi une tarte au citron. Elle était très bonne mais encore une fois minuscule pour un dessert à 8 euros. Vous l’aurez compris c’est une adresse pour ceux qui aiment manger healthy mais qui ont un petit appétit. Prix du repas : 350 NOK soit environ 35 euros.

 

D’autres adresses green & gastronomiques à tester

Pour ceux que cela intéressent, voici une petite liste de restaurants qui servent des repas gastronomiques de haut niveau, préparés avec des produits bio et locaux :

  • Kontrast, Maridalsveien 15 0178 Oslo (1*au guide Michelin)
  • Maaemo, Schweigaards gate 15 B 0191 Oslo (3* au guide Michelin)
  • Rest, Kirkegata 1-3 0153 Oslo. J’aurais beaucoup aimé le tester car ils cuisinent des plats gastronomiques avec des aliments que d’autres chefs auraient jeté… Un beau défi pour lutter contre le gaspillage alimentaire.
  • Ett Bord, Ruseløkkveien 3 0251 Oslo : celui-ci aussi a un concept qui me plait beaucoup ! Ils mettent 24 invités autour d’une seule et même table avec un menu unique : Small dishes – big flavours. Et en été ils mettent des tables dehors, bref j’adore !

 

Où dormir à Olso ?

Le Clarion Hotel the Hub connu aussi sous le nom de Clarion Hotel Royal Christina est actuellement le plus grand hôtel de Norvège avec ses 810 chambres. Il détient également un autre record : le « farm rooftop » (comprenez une ferme sur un toit), le plus grand de Norvège !

Le Clarion Hotel the Hub s’inscrit dans une démarche écologique à travers le recyclage, la réduction du gaspillage alimentaire dans ses services de restauration, l’utilisation de matières premières durables qui entrent également dans la conservation de l’énergie pour éviter encore une fois le gaspillageC’est grâce à tout cela qu’il a eu l’éco-certification ISO-14001.

Clarion Hotel the Hub
Biskop Gunnerus’ gate 3, 0155 Oslo
Prix : 336 € les deux nuits (Comparez le prix sur Booking

 

Notre avis sur Oslo

Pour conclure, Oslo est une ville tout à fait charmante qui ravira les amoureux de ville et de nature. Mais comme toutes les villes nordiques, attendez-vous à des prix plus élevés qu’en France ou que dans les pays du sud de l’Europe. Vous l’aurez compris si vous aimez bien manger pour pas très cher, la Norvège n’est pas forcément la destination que l’on vous recommanderait. Par contre pour ceux qui aiment la cuisine gastronomique c’est the place to be.  Personnellement nous avons adoré ce week-end à Oslo, il a accru notre envie de découvrir les grands espaces norvégiens !

 


Si comme nous vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre sur notre compte Refuse to hibernate. Vous pouvez même épingler cet article afin de le garder précieusement :

Ce week-end a été réalisé avec la complicité des Offices de Tourisme de Visit Oslo et Visit Norway. Nous restons comme d’habitude libres de nos choix éditoriaux.

(Visited 663 times, 42 visits today)