Road trip au Québec : itinéraire insolite de 15 jours

Si un voyage au Québec rime souvent avec Montréal, Québec et Tadoussac… On vous propose un itinéraire différent des road trips habituels qui vous conduit à travers l’Ouest du Québec. De Montréal jusqu’aux Laurentides en passant par l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue on vous emmène sur la « Route des Explorateurs » qui mêle savamment Histoire, grands espaces, gastronomie et festivals culturels.

Itinéraire de notre road trip sur « la Route des Explorateurs » dans l’Ouest du Québec

La Route des Explorateurs part de Montréal et vous invite à visiter l’Ouest du Québec à travers 3 régions touristiques : l’Outaouais, l’Abitibi-Témiscamingue et les Laurentides. Chaque région a vraiment ses caractéristiques ! Les Laurentides proposent des activités plein air à deux pas de Montréal. L’Outaouais quant à elle côtoie la capitale fédérale et propose des activités tout le long de la rivière des Outaouais. Enfin, l’Abitibi-Témiscamingue c’est la région la plus sauvage où l’on peut observer une faune et des paysages incroyables !

Pour ce voyage nous étions trois duos de blogueurs avec chacun une thématique : Franck et Richard de OneDayOneTravel avait Culture & Patrimoine, Claudia et Clément de Clo & Clem : Gastronomie et nous avions Aventure. Nous vous invitons d’ailleurs à aller sur les différents articles pour mêler ces trois thématiques et construire votre propre itinéraire.

Voici notre itinéraire sur le thème de l’« Aventure » :

  • 2 jours à Montréal
  • 3,5 jours dans l’Outaouais
  • 3,5 jours en Abitibi-Témiscamingue
  • 4,5 jours dans les Laurentides
  • et comptez 1,5 jours de route en tout entre les régions

Si vous souhaitez plus d’informations sur la préparation d’un road trip au Québec (billets d’avion, location de voiture, assurance…) rendez-vous sur notre article : comment préparer son voyage au Québec. Et si vous n’avez pas le courage de vous lancer tout de suite dans la lecture de ce roman vous pouvez tout d’abord regarder notre vidéo de la Route des Explorateurs.

 

Jours 1 et 2 : Montréal

Si vous êtes à Montréal pendant 2 jours ou plus et que vous avez envie de visiter le Vieux-Montréal, le marché Jean-Talon, le parc du Mont-Royal… Voici notre article City Guide pour visiter Montréal par quartier.

Où dormir à Montréal ?

Que vous soyez plutôt hôtel ou logement chez l’habitant, Montréal offre une grande possibilité de logements :

Hôtel

Nous n’avons jamais dormi dans un hôtel à Montréal mais nos amis Franck et Richard ont testé le Fairmont the Queen Elizabeth et l’adore ! En même temps il faut être difficile pour ne pas aimer les hôtels du groupe Fairmont, ils sont tellement luxueux !

Airbnb

  • Nous avons loué un Airbnb à Rosemont : l’appartement était décoré avec goût, tout équipé et se trouve dans un quartier résidentiel et calme. Le seul inconvénient c’est qu’il est un peu excentré, il faut prendre un bus depuis la station de métro Beaubien.
  • Airbnb au cœur du Mile-End : l’appartement est situé dans un de nos quartiers préférés : le Mile-End, à deux pas du Plateau. Il y a plein de petits restaurants et bars très sympas juste en bas. Il est moderne, très bien équipé, calme avec une belle terrasse, parfait pour profiter des beaux jours !

Si vous n’avez pas encore de compte Airbnb, on peut vous parrainer. Comme ça vous aurez un crédit de 25 euros à utiliser lors de votre prochaine réservation.

Guest to Guest

Guest to Guest est un site que nous avons utilisé aux États-Unis lors de notre road trip dans l’Ouest américain l’année dernière. Il permet de loger chez l’habitant à moindre frais car c’est un système d’échange de points et on ne paye que les frais d’assurance !

 

Jour 3 : direction l’Outaouais en passant par les Laurentides [  1h00 | 52 km ]

Une fois notre Jeep et notre matériel de camping loués, nous partons direction les Laurentides. Si comme nous vous avez prévu du camping n’oubliez pas de vous arrêter dans un Canadian Tire pour acheter une petite bouteille de gaz ou deux pour votre voyage.

Le magasin de l’Abbaye d’Oka

Premier arrêt important avant la randonnée dans le parc national d’Oka : le ravitaillement pour le pique-nique ! Sur les conseils de Mélanie de Tourisme Laurentides nous nous arrêtons au magasin de l’Abbaye d’Oka, qui se trouve à quelques minutes du parc national. Ils vendent des produits frais notamment le fromage d’Oka qui est très réputé au Québec, de la charcuterie, des sandwichs et des desserts. On s’achète donc deux sandwichs et du fromage et on rejoint le parc national pour une randonnée pédestre : le Calvaire d’Oka.

 

Parc national d’Oka

Le parc national d’Oka est un parc du réseau Sépaq, situé dans les Basses-Laurentides (entrée 8,31 $CA/voiture). Le départ du sentier du Calvaire d’Oka se fait au niveau du parking. Cette randonnée de 4,4 km (A/R) est le point culminant du parc national d’Oka. Elle est idéale pour petits et grands car le dénivelé reste faible et elle est praticable en toutes saisons !

Le Calvaire d’Oka, est en fait un ancien chemin de croix aménagé par les Sulpiciens. Des traces du passé sont présentes tout au long de l’ascension avec ses quatre oratoires ainsi que ses trois chapelles au sommet qui font la vigie depuis 1972. Ils font de ce sentier pédestre, une infrastructure historique unique en Amérique ! Tout en haut on a un point de vue magnifique sur le lac des Deux Montagnes et les Adirondacks. On mange assez vite car il est déjà presque l’heure de repartir et nous devons retourner à la voiture.

 

Fairmont le Château Montebello

Nous quittons les Laurentides pour l’Outaouais, une région que nous avions déjà visité notamment le fameux Parc Oméga en hiver ! Et Audrey avait eu la chance de partir avec notre amie Laëtitia du blog Clouzote pour un week-end nature en Outaouais en été.

Nous rejoignons Claudia, Clément, Franck et Richard pour un cocktail dans le jardin du Fairmont le Château Montebello. Cet hôtel luxueux, situé entre Montréal et Québec, est considéré comme le plus grand château en bois rond du monde ! Il a été construit en 1930, il fallut 4 mois aux 3 500 personnes et pas moins de 10 000 troncs de cèdres rouges provenant de la Colombie-Britannique. Une vraie prouesse architecturale à cette époque ! Il propose toute l’année 211 chambres, une table gourmande, un spa, une marina et de nombreuses activités extérieures dont un golf. Si vous ne voulez pas dormir ici sachez que vous pouvez le visiter ou y manger. On aurait bien passé la nuit dans ce magnifique château mais nous filons au parc national de Plaisance pour tester une nuit dans un prêt à camper.

 

Où dormir à Montebello ?

Ce soir place au glamping dans une tente Huttopia au parc national de Plaisance. Ce parc du réseau Sépaq est un vrai havre de paix qui accueille plus de 230 espèces d’oiseaux, de nombreux amphibiens et bien sûr des tortues. Donc amis des bêtes ouvrez l’œil !

Notre tente se situe sur la Petite Presqu’île dans la zone de camping « la Rive », face à la Baie de la Pentecôte. L’intérieur de la tente est super spacieux : il y a un grand espace cuisine / salon et au fond deux espaces nuits zippés pour deux personnes avec des matelas. Tout le linge : draps, couettes, oreillers et serviettes de toilette sont dans une caisse en plastique. La tente Huttopia c’est vraiment parfait si vous n’avez pas du tout de matériel de camping car tout est prévu ! En face de notre tente, il y a les salles de bain, munies d’espaces avec des douches individuelles qui fonctionnent avec des pièces de 25 cts. 1 $CA pour une minute d’eau chaude, c’est confortable et ça marche bien.

Le temps n’est pas de la partie car il pleut mais heureusement le sytème de réchaud, devant l’entrée de la tente, est protégé par le auvent. On se prépare donc un bon dîner tout en goûtant des bières de la région. Malheureusement nous ne pourrons pas voir les étoiles cette nuit…

Prêt-à-camper au parc national de Plaisance
Tente Huttopia : 110 $CA la nuit + taxes 3,85 $CA
2 accès quotidien à 7,48 $CA / Adulte = 14,96 $CA soit 148,09 $CA au total

 

Jour 4 : Canot-camping au Lac 31 milles [ 2h15 | 187 km ]

Village Majopial

Le lendemain matin il pleut encore donc on abandonne l’idée de faire du vélo dans le parc national de Plaisance. On attend quand même que la pluie cesse pour aller jusqu’au sentier La Petite Presqu’île Est qui est un chemin de 500 mètres qui amène à une aire de pique-nique La Falaise avec un point de vue sur le parc. Malheureusement le temps est bien gris donc la vue n’est pas très dégagée.

On reprend la route direction le Village Majopial et on s’arrête manger sur le chemin à Wakefield au Bistro Rutherford. Mickaël prend des ribs et je choisi une poutine au porc effiloché. C’est bon mais la sauce me déçoit un peu car elle ressemble plus à une sauce BBQ qu’à la sauce brune classique. Après ce bon repas léger (ou pas) on profite de l’arrêt à Wakefield pour aller photographier son pont couvert. La route pour y accéder est en travaux mais on a quand même réussi à l’immortaliser.

Nous avons rendez-vous au restaurant l’Huile d’Olive où nous récupérons nos boîtes à lunch pour le dîner et le petit déjeuner. François Larose, directeur général du Parc Régional du lac des 31 milles, nous accueille et nous fournit un beau canoë. Nous sommes tout excités car c’est la première fois que nous allons faire du canot-camping sur une île déserte !

 Bistro Rutherford
753 Chemin Riverside, Wakefield, QC J0X 3G0, Canada
Tarifs : la poutine au porc effiloché 9 $CA et les côtes levées 14$CA

 

Canot-camping sur une île déserte

On charge donc le canoë avec nos affaires personnelles, notre matériel de camping Windigo Aventures et nos repas et nous voilà parti pour une bonne heure et demie de canot. François nous a donné une carte du site et nous a expliqué comment rejoindre notre île. Si vous êtes perdus sachez que les téléphones captent sur le lac donc aucune crainte vous pouvez le contacter et il vous rejoint en bateau.

Le vent se lève donc le lac est agité et nous peinons à rejoindre notre île. En arrivant on décharge le canot puis on commence à monter la tente et à installer nos affaires. Chaque île du lac 31 milles est équipée d’une table en bois, d’un rond de pierres pour faire le feu et de toilettes sèches. François s’était assuré qu’on est du bois sur place, nous avions acheté des allumettes au restaurant avant de partir, mais sans petit bois et avec beaucoup de vent on a pas réussi à faire partir le feu.

Le temps a changé et on a la chance d’avoir un magnifique coucher de soleil ! On profite du délicieux repas préparé par l’Huile d’Olive : bagels saumon / cream cheese, purée de pomme de terre et ribs, fromages et fruits coupés. Le tout accompagné de bières locales !

 

Jour 5 : randonnées dans la Vallée-de-la-Gatineau 

Déjeuner à l’Huile d’Olive

Au petit matin, Audrey prend le canoë pour aller observer le lever du soleil depuis le lac. On prend notre petit déjeuner et il est déjà temps de retourner en canoë jusqu’au restaurant l’Huile d’Olive où nous sommes attendus pour déjeuner. Le retour en canot se fait sous le soleil, le lac est plus calme que la veille et nous offre des eaux cristallines !

Au menu ce midi : Fish and Chips pour Audrey et les pâtes du chef pour Mickaël qui étaient en faite des lasagnes maison. Dans les cuisines de l’Huile d’Olive, c’est le chef cuisinier et sommelier Marc Gervais qui est aux commandes depuis mai 2016. Ce chef propose des plats travaillés avec des produits frais, qui place le restaurant parmi les meilleurs de la Vallée-de-la-Gatineau.

L’Huile d’Olive
353 Montée du Lac des 31 Miles, Bouchette, QC J0X 1E0, Canada
Ouvert du jeudi au samedi de 17h à 21h et le dimanche de 9h30 à 21h

 

Parc régional du Mont Morissette  [ 40min | 33 km ]

Après les bons repas de ces derniers jours, on a décidé de fouler les sentiers pédestres du PERO dans la Vallée-de-la-Gatineau. Le PERO c’est le pôle d’excellence en récréotourisme de la région de l’Outaouais. Son rôle principal a été de nettoyer et baliser des sentiers pédestres qui avait été laissé à l’abandon faute d’équipes pour s’en occuper.

Nous avons donc commencé par le parc régional du Mont Morissette. Au départ du sentier vous avez une ancienne tour de feu dans laquelle vous pouvez monter quand l’accueil (à sa base) est ouvert. Pour notre part, nous avons préféré monter dans la tour d’observation, juste à côté, qui avait l’air beaucoup plus solide. À son sommet, vous aurez une vue à 360 degrés sur le parc ainsi que les nombreux lacs alentours dont le lac des trente-et-un-milles fait parti. Vous pouvez également emprunter le sentier pédestre qui vous proposera également une très belle vue mêlant lac et forêt.

 

Le sentier du Pont de Pierre de Déléage [ 50min | 49 km ]

On reprend la route direction une autre randonnée pédestre aménagée par le PERO : le sentier du Pont de Pierre. Il nous amène donc jusqu’à un pont de pont qui a été naturellement creusé au-dessus de la rivière. On s’attendait à quelque chose de plus exceptionnel au niveau du pont mais l’endroit est quand même très agréable. Les familles viennent ici en été pour se baigner, à l’ombre des arbres, dans les bassins naturels creusés au milieu des rochers. Un peu plus bas, vous arrivez sur les rives du magnifique lac 31 milles.

On reprend la route direction notre auberge du soir : Escapade Eskimo. Si vous avez faim sur la route vous pouvez vous arrêter au Smoke’n Grill à Gracefield. Nous on a préféré faire quelques courses car nous avions quelques restes du camping à finir le soir. 

 

Où dormir à Otter Lake ? [ 1h15 | 88 km ]

On arrive chez Escapade Eskimo, où les propriétaires Caroline et Sylvain, nous accueillent chaleureusement. Ils prennent le temps de nous faire faire le tour du domaine. On a même la chance d’aller voir les bébés huskies !

Depuis 2004 ils ont lancé cette entreprise familiale de chien de traineau qui fonctionne donc principalement l’hiver. Ils proposent également deux chambres de style chalet, la Bluebell pouvant accueillir deux personnes et la Summerset pour quatre personnes. Chacune dispose de sa salle de bain privée, d’une télé et d’un accès au wifi. Et si jamais c’est complet vous pouvez également chercher un autre logement vers Otter Lake.

À côté de leur activité de chien de traineau Caroline et Sylvain proposent aussi des glissades sur bouées en hiver. Ils ont également une production de sirop d’érable, des vignes et un verger de 80 arbres fruitiers qui leur permettent de vendre leurs propres produits maison. Vous pouvez également profiter du coin spa pour vous détendre ou encore de l’observatoire d’astronomie.

Escapade Eskimo
1378 Route 301, Otter Lake, QC J0X 2P0, Canada
Prix de base pour une occupation double : 119$ + taxes applicables (+ 10$ par personne supplémentaire)
Sur réservation seulement et pas d’animaux acceptés.

 

Jour 6 : activités sportives dans le Pontiac 

Après un bon petit déjeuner continental chez Escapade Eskimo,on reprend la route direction le parc des Chutes Coulonge. Il fait un temps magnifique, c’est parfait pour les activités plein air de la journée.

Tyrolienne au parc des Chutes Coulonge [ 47 min | 62 km ]

Au delà de son canyon spectaculaire, le parc des Chutes Coulonge est un véritable musée à ciel ouvert. On commence donc la visite par un tour du sentier d’interprétation sur l’histoire de la drave. Pour ceux qui se demande ce qu’est la drave : c’est l’ensemble des activités de manipulation des troncs d’arbre. À l’époque les draveurs les coupaient en billes et se servaient des nombreux lacs et rivières pour les transporter. Le sentier offre des points de vue sur le canyon,  dont deux sur la grand chute, au dessus de laquelle on aperçoit souvent un arc-en-ciel. Voir un double si on est vraiment chanceux !

Il nous reste une petite heure avant de filer au rafting… Du coup pas de Via Ferrata pour nous mais le parcours des deux tyroliennes géantes qui traversent le canyon. Il est possible de faire l’un ou l’autre ou les deux selon le temps que vous avez. La Via Ferrata est une expérience d’escalade de 500 mètres le long de la paroi rocheuse au dessus le canyon. C’est une activité accessible aussi bien aux débutants qu’aux plus expérimentés.

Il est déjà l’heure de partir pour notre après-midi rafting. Sur la route nous nous arrêtons au pont Marchand qui surplombe la rivière Coulonge. Fort de ses 152 mètres, le pont Marchand se targue d’être le plus long pont couvert québécois !

 

Rafting sur la Rivière des Outaouais

Nous arrivons en début d’après-midi à Rafting Momentum où Clo & Clem nous rejoignent pour descendre la rivière des Outaouais en rafting.  Il faut savoir que c’est la plus longue rivière du Québec et une des plus belles voies navigables du pays ! Elle fait partie des attraits incontournables des « Chemins d’eau », la première route touristique signalisée en Outaouais. 278 km qui traversent la région d’est en ouest, de Papineau au Pontiac, en passant les Collines-de-l’Outaouais et Gatineau.

On nous dépose au départ du rafting là où un petit pique-nique nous attend composé de fromages, de fruits à coque et de fruits frais. Un lunch léger, plein de protéines et de vitamines pour nous préparer à cette après-midi sportive. Ensuite, on embarque dans le canot de Philippe, le Directeur Général de Rafting Momentum. C’est parti pour 3h00 de descente en alternant des rapides de classe 3 à 5 et de la descente plus calme.

Qu’est ce que l’on a rit ! On a pu descendre du canot pour nager dans un petit rapide appelé la vague Waikiki mais aussi pour sauter des falaises. On a essayé de surfer une vague en remontant le courant… Si vous voulez savoir si on a réussi, allez voir la vidéo de Clo & Clem. Bref c’était vraiment un super souvenir, une première pour nous mais qui nous a donné le goût de recommencer très vite !

 

Dîner avec Rafting Momentum ou au Bistro du Bûcheron

Rafting Momentum propose normalement une soirée avec tout le groupe : bbq, musiques québécoises et bonne ambiance. On serait bien rester mais nous sommes attendus au Bistro du Bûcheron. La troisième équipe de choc : Franck & Richard nous attendent là-bas pour manger un vrai repas de bucheron ! Dans nos assiettes : Mickaël choisi le Hamburger du Bistro : bacon, cheddar et oignons croustillants le tout servi avec des frites. Et Audrey choisit le Diner BBQ : porc effiloché, purée de pomme de terre et fèves au lard. Le lieu est chaleureux, on partage un bon moment tous ensemble, heureux de nous retrouver pour clore cette escapade en Outaouais. D’ailleurs vous pouvez écouter le passage à la radio d’Audrey qui relate cette journée dans le Pontiac avec la radio locale Chip FM.

Bistro du bûcheron
204 rue Principale Fort Coulonge, Quebec JOX 1V0 Canada
Ouvert du mercredi au vendredi le midi et le soir, samedi le soir et le dimanche pour le brunch et le dîner

 

Nuit dans un chalet rustique à Rafting Momentum

Nous retournons sur le site du rafting car nous avons un chalet rustique avec Clo & Clem pour la nuit. Ils proposent aussi des espaces pour camper si vous avez tout votre matériel de camping. Il y a deux chalets rustiques de 4 et 7 personnes, ils sont sans électricité et sans eau courante mais il y a tout ce qu’il faut pour vous débrouiller. Douche avec une pompe, toilettes sèches, cuisine au gaz… Le seul bémol c’était la propreté du chalet.

 

Jour 7 : de l’Outaouais à l’Abitibi-Témiscamingue [ 3h50 | 341 km ]

Après un petit-déjeuner tous les quatre chez Rafting Momentum, nous reprenons la longue route direction l’Abitibi-Témiscamingue. L’Abitibi-Témiscamingue est une région administrative du Québec que nous n’avions jamais visité lors de nos deux ans de PVT à Montréal. À vrai dire, nous en avions rarement entendu parler… Si l’on regarde la traduction algonquine Abitibi veut dire « là où les eaux se séparent » et Témiscamingue « l’eau profonde ». C’est la région des 22 000 lacs donc côté nature et activités en plein air vous êtes servis !

D’ailleurs si les activités en plein air vous intéressent, on vous conseille le site Accès Plein Air. Il y a même une application mobile disponible sur l’App Store et sur Google Play. Cela vous permettra de préparer vos sorties et d’avoir en temps réel les informations tels que le nombre de kilomètres, les logements à proximité…

 

Parc national d’Opémican

Après presque 4h00 de route nous arrivons enfin à Laniel. Nous ne trouvons pas de restaurant ni de supermarché donc nous improvisons un pique-nique avec une conserve que nous avions acheté au cas où et des restes. Donc sachez que si vous n’avez pas de quoi manger, arrêtez-vous sur la route avant d’arriver à Laniel.

Notre premier arrêt en Abitibi-Témiscamingue a été le parc national d’Opémican. C’est un tout nouveau parc national de la Sépaq, nous étions d’ailleurs dans les premiers à fouler ses sentiers car son ouverture officielle se fera le 24 juin 2019. Josée, une des garde-parc nous a accompagné pour nous faire découvrir les sentiers. Nous avons fait le sentier de la grande chute et une partie du sentier Inukshuk jusqu’à la statue du même nom. Il s’est mis à pleuvoir lors de notre seconde randonnée donc le froid et la fatigue ont eu raison de nous…

Nous rejoignons ensuite Guillaume et France qui seront nos guides pour les prochaines 24h. Le temps s’est encore dégradé et nous décidons d’annuler la soirée canot-camping. À la place Guillaume nous propose de passer la soirée et la nuit dans le chalet des parents de sa copine qui se situe sur les rives du Lac Kipawa. Quand je vous parlais de la gentillesse des québécois…

 

Nuit au chalet

En arrivant on installe nos affaires et on se change car on est mouillé et on a peur d’attraper froid. Guillaume prépare un feu pour le BBQ. On lui dit que quelque jour plus tôt on a essayé d’en faire un et que nous n’avons pas réussi. Ni une ni deux, il nous apprend des techniques pour faire un feu en pleine nature :

  • percer des bulles de sève de pin qui est très inflammable,
  • allumer de l’écorce de bouleau.

France nous a préparé du saumon frais en papillote sur le feu de bois ainsi que des délicieuses salades. On a passé une magnifique soirée à parler de nos vies, de l’impact des changements climatiques et de l’Homme sur la nature et les animaux, de l’histoire du Québec… C’était magique car on avait l’impression de passer une soirée avec des amis de longue date. C’est ça que l’on aime ici, les gens nous accueillent chez eux comme si on était des membres de leur famille.

 

Jour 8 : Canoë sur le lac Kipawa – Mont Chaudron 

Découverte du lac Kipawa en Canoë et en bateau

Au petit matin la pluie s’est enfin arrêtée. France nous a préparé un succulent petit déjeuner composé de pain perdu, avec en accompagnement des petits fruits et du yaourt à la vanille ou du sirop d’érable. On retournerait volontiers en Abitibi-Témiscamingue juste pour remanger les bons petits plats de France !

On met nos deux beaux canots Abitibi & Co sur l’eau et on part sur le lac Kipawa. Guillaume nous fait même une belle démonstration de portage : porter son canoë sur la terre ferme pour passer d’un lac à un autre. On est complètement seul au milieu de la nature ! On rejoint un bateau ponton qui nous emmène jusqu’à l’île où nous pique-niquons. Terrines et fromages de la régions pour ce midi ! L’après-midi le temps se découvre et on a le droit à quelques rayons de soleil. Nous continuons notre exploration du lac Kipawa en bateau, on croise un ami de notre pilote qui arrive en hydravion et on retourne pagayer de temps en temps.

 

Rouyn-Noranda – Mont Chaudron [ 2h00 | 167 km ]

Nous ne tardons pas à quitter Laniel car nous avons de la route jusqu’à Rouyn-Noranda. Les distances sont grandes en Abitibi-Témiscamingue, on peut vite mettre deux heures de voiture entre deux stops. Nous passons à l’hôtel déposer nos affaires et prendre une bonne douche. Anne-Marie de l’Office de tourisme vient nous chercher tous les 6 en voiture pour nous emmener au Mont Chaudron où nous retrouvons Guillaume pour une courte randonnée afin d’admirer le coucher du soleil.

Le Mont Chaudron est un inselberg, une anomalie géologique à la frontière de l’Ontario et du Québec. Il se nomme ainsi à cause de sa forme de chaudron inversé, qui était un pot en fonte utilisé par les Premières Nations et les bûcherons pour faire cuire les aliments. On lui donne également le surnom de Mont Téton, mais ça pas besoin de vous expliquer…

 

Soirée chez France

Le soir nous avons tous dîner chez France. Nous avons eu la chance de passer une deuxième soirée extraordinaire avec eux… Eva de Mudra Espace Sportif nous a proposé une petite demie heure de Yoga pour nous relaxer puis nous sommes passés à table. France nous avait préparé de bons légumes qui accompagnaient à merveille les ribs. On a encore une fois été accueilli comme des rois, nous avions l’impression que c’était un repas de Noël en famille !

Où dormir à Rouyn-Noranda ?

Nous avons séjourné au Centre-Hotelier Deville pour 130 $ la nuit avec petit-déjeuner (comparez le prix sur Booking). Les chambres sont spacieuses, propres et confortables et le matin vous avez le droit à un petit-déjeuner continental ou english breakfast.

 

Jour 9 : Escalade aux Collines Kékéko – parc national d’Aiguebelle

Escalade aux Collines Kékéko [ 14 min | 15 km ]

Après un bon petit-déjeuner et une nuit à peu près réparatrice dans un bon lit. Nous rejoignons Philippe de Camp de Base Abitibi et France pour une initiation à l’escalade sur une paroi rocheuse : les Collines Kékéko. Elles sont, avec le Mont Chaudron, les rares point culminants de la région qui est assez plate. Camp de base Abitibi est une entreprise en tourisme d’aventure, de sport et de plein air. Elle se spécialise principalement dans la découverte et dans la formation en escalade de rocher en saison estivale et de glace en hiver.

Je (Audrey) m’y colle car Mickaël s’étant blessé à la main, ne peut pas escalader. Il a plu légèrement ce qui rend la roche glissante et étant débutante côté escalade je ne suis pas très rassurée car je m’attaque à une paroi qui est pour un niveau intermédiaire voir expert. J’essaye de monter, assurée par Philippe mais au bout d’un moment, manquant de prise et de force je lui demande de me redescendre. France escalade à son tour et arrive à monter un peu plus haut que moi. Après l’effort on se réconforte avec un bon pique-nique tous ensemble avant de reprendre la route vers de nouvelles aventures.

 

Visite de l’atelier d’Abitibi & Co [ 10 min | 11 km ]

Après avoir fait plusieurs sessions de canoë nous avons rendu visite à Guillaume le fondateur d’Abitibi & Co pour en savoir plus sur leur construction. Abitibi & Co est spécialisé dans les canoës (Scott et Blue Water) et des kayaks (Impex) fait à la main au Québec. Pour réduire leur empreinte, ils utilisent des matériaux durables et respectueux de l’environnement. Et bien sûr pour parler de leur amour du plein air et mettre en scène leurs canots, ils ont aussi lancé le magazine B-side. Si vous êtes amoureux des beaux récits et des belles images outdoors on vous le conseille vivement !

Voici donc les étapes de la construction d’un canot :

  • 1/ couleur
  • 2/ fibre de verre : c’est ça qui fait la matière. La fibre de verre durcit au contact de la peinture
  • 3 / peinture pour camoufler la fibre (étape qui saute si l’on veut garder l’effet fibre)
  • 4/ élimination des restant de fibre
  • 5/ finition : contour de bateau (aluminium, plastique, bois) appelé les « trimes »

Ça nous a parût bizarre mais en fait on commence un canot de l’extérieur vers l’intérieur. Donc la première couche c’est la couleur qui ensuite mêlée à la fibre de verre se durcit et forme la matière souple du canot. Nous pensions avec Mickaël que c’était une surface qu’ils peignaient mais en fait pas du tout…

 

Parc National d’Aiguebelle [  50 min | 58 km ]

Nous avons rendez-vous avec une guide au Parc national d’Aiguebelle au niveau du Centre de Découverte et de Services de Mont-Brun mais notre gps nous emmène à celui de Taschereau au nord du parc. Vu qu’il y a 50 minutes de voiture entre les deux nous avons perdu presque 2 heures à faire l’aller-retour. Donc si vous venez de Rouyn-Noranda empruntez la route 101 Nord jusqu’à Alembert puis tournez à droite direction la route d’Aiguebelle. Prenez ensuite la direction de Mon-Brun, l’entrée du parc se fait à 8km du village.

Il nous reste à peine une heure mais notre guide décide de nous faire faire une courte randonnée pour nous parler du parc et de ses attraits. Nous marchons actuellement sur des terres datant de 2,7 milliards d’années. Le parc national d’Aiguebelle est le gardien d’un riche patrimoine naturel et culturel.

On se rend jusqu’au lac d’où nous pouvons observer la passerelle suspendue haute de 22 mètres et longue de 64 mètres. Notre guide nous propose d’essayer de prendre une photo aérienne avec le drone afin de voir la « marmite » un trou d’eau creusé naturellement. Si nous avions eu plus de temps nous serions allés voir l’escalier hélicoïdal courant le long d’un escarpement vertigineux, le sommet des collines Abijévis ou encore la tour de garde-feu que vous pouvez voir dans l’article de Franck et Richard OneDayOneTravel.

 

Où dormir à Amos ? [ 1h35 | 94 km ]

Après plus d’une heure et demie de voiture nous arrivons enfin au Refuge Pageau. Un petit champs à côté avec une barrière vous emmène à un petit chalet rustique. On pose nos affaires et on se met à table pour découvrir notre dîner préparé par la chef Jézabel Pilote du Bistro Paramount. Elle nous a préparé du rosbif avec des petits légumes croquants. Un petit plateau de fromages et de délicieux fondant au chocolat !

Le chalet est composé de deux chambres, une salle de bain avec un petit chauffage électrique pour les nuits fraiches. Un salon avec un poêle à bois et une cuisine équipée avec tout se qu’il faut pour se préparer de bons petits plats. Les arrivées sont acceptées à partir de 16h et le lendemain matin vous pouvez profiter d’un des deux forfaits de visite spéciale (courte de 2h30 ou longue de 4h00 ) avec un guide expérimenté.

Refuge Pageau
4241 Chemin Croteau, Amos, QC J9T 3A1, Canada
Location du chalet 200,00$ + tx pour la première nuit / 150,00$ + tx pour la seconde nuit

 

Jour 10 : découverte d’Amos et de Val d’Or

Visite spéciale du Refuge Pageau

À 8h00 nous rejoignons notre guide Marie-Frédérique qui va passer les quatre prochaines heures avec nous. On a adoré cette visite guidée car elle a vraiment pris le temps de nous raconter l’histoire de chacun des pensionnaires. Audrey a nourri les orignaux, les renards polaires et son petit chouchou : Chewbaka un porc-épic vraiment mignon qui parfois se balade dans le parc.

Le Refuge Pageau recueille des animaux sauvages, abandonnés ou blessés, depuis 1986. Ils sont soignés et remis en liberté dès que leur état le permet. Pour ceux dont l’état ne leur permet pas de retourner dans la nature, là où leur espérance de vie ne serait que de quelques heures, ils peuvent rester au Refuge sur le long terme. C’est le cas par exemple de Charlotte une biche qui a des soucis de narcolepsie ! Si elle s’endort en pleine nature elle peut se blesser et être sujette à des prédateurs…

Les visites du Refuge permettent de subvenir à 50% des besoins des animaux. Le reste de l’argent est apporté par des dons ou encore des sponsors. On a vraiment été très touché par cette visite, si vous aimez les animaux n’hésitez pas à aller visiter le parc, à faire un don ou tout simplement à en parler !

Refuge Pageau
4241 Chemin Croteau, Amos, QC J9T 3A1, Canada
Ouvert du lundi au vendredi de 13h à 16h pour des visites libres et le samedi et dimanche  : ouvert de 10h à 16h pour des visites libres et départs de visites guidées à 10h30 et 13h30

Prix : entrée libre : 16,09 $ / adulte
Visite spéciale version courte (environ 2h30) 1 à 3 personnes : 156,00 $ + tx inclus la visite du refuge et donner une collation à certains pensionnaires. Réserver minimum 48 heures d’avance

 

Val d’Or [ 1h08 | 80 km ]

En fin de journée on rejoint nos amis Franck et Richard qui viennent de vivre une super expérience… Si vous vous sentez l’âme d’un chercheur d’or, regardez donc leur vidéo sur la mine de Val d’Or sur OneDayOneTravel.

Après qu’ils nous aient raconté leur après-midi, nous avons fait le tour de la ville en voiture pour y découvrir :

  • le street-art de l’artiste Omen qui pratique un art hybride entre la peinture et le graffiti
  • le bureau de poste où, à l’époque, ils coulaient de l’Or illégalement
  • une petite chapelle russe pouvait accueillir 150 personnes pendant la messe qui durait 7 heures
  • l’ancien village minier : où ont eu la chance de dormir Franck & Richard

 

Où manger et boire un verre à Val d’Or ?

La Cage

Le midi nous avons mangé à la Cage une brasserie sportive très connue au Québec. Nous avons pris une grande poutine au porc effiloché chacun, vous l’aurez compris c’est un peu une passion chez nous le porc effiloché… Sauf que erreur elles étaient tellement grandes qu’on a pu en manger que la moitié. Donc croyez-nous, même si vous avez un grand appétit une petite poutine chacun est largement suffisante !

Microbrasserie le Prospecteur

Le soir nous nous sommes tous retrouvés avec l’équipe de l’Office de Tourisme pour trinquer à la fin de notre séjour en Abitibi-Témiscamingue. Rien de tel pour se dire au revoir qu’une belle soirée à la Microbrasserie le Prospecteur qui offre un large choix de bières locales.

 

Où dormir à Val d’Or ?

Nous avons dormi au Microtel Innby Windham (vous pouvez comparer le prix sur Booking) un hôtel situé dans la zone commerciale de Val d’Or. La chambre et la salle de bain étaient spacieuses et le personnel était très accueillant. La piscine était en rénovation donc nous n’avons pas pu en profiter. Mais le gros plus de l’hôtel c’est la buanderie, si comme nous il est grand temps de faire une machine !

 

Jour 11 : de l’Abitibi-Témiscamingue aux Laurentides [ 3h30 | 317 km ]

Nous quittons tristement l’Abitibi-Témiscamingue et nous roulons plus de 3h sous une pluie battante. Heureusement quand nous arrivons enfin dans les Hautes-Laurentides, au parc régional Montagne du Diable, il s’est arrêté de pleuvoir.

Parc régional Montagne du Diable

On récupère notre pique-nique préparé avec amour par le traiteur Domaine les Hauts Bois avec plein de bons produits frais et locaux. On prend donc le temps de manger sur une table avec vue sur le lac. Après une visite d’un des chalets du Village des bâtisseurs (chalets rustiques que vous pouvez louer) nous empruntons les sentiers qui font le tour du Lac des Montagne. Au début nous devions faire la randonnée de la Paroi de l’Aube mais elle fait 9 km A/R et avec les risques de pluie et la fatigue dûe aux longues heures de routes nous préférons la garder pour une prochaine fois. La randonnée que nous avons choisi est un circuit d’interprétation facile de 4 km. C’est un sentier idéal à faire en famille car nous y suivons Windie la loutre, symbole du parc , à travers des panneaux explicatifs.

Enfin, avant de quitter le parc nous faisons un arrêt à la chute Windido. Windigo est un mot algonquin qui signifie « monstre ». Selon la légende le Windigo était un géant démoniaque qui était craint et on menaçait les enfants qui n’étaient pas sages. D’où le nom Montagne du Diable dont a hérité le parc. La chute Windigo est un énorme rocher sur lequel coule, à fleur de rocher, la rivière Windigo. Cela crée une grande chute longue de 55 mètres et large de 18 mètres. Quand le débit n’est pas trop fort il est possible de la descendre façon toboggan naturel.

 

Où dormir vers Ferme-Neuve / Mont-Laurier ? [ 1h17 | 54 km ]

Départ vers la magnifique auberge de la forêt de la Pourvoirie Mekoos qui signifie « le paradis de l’omble de fontaine » selon la culture algonquine. En arrivant à la Pourvoirie le coup de cœur est immédiat : le séjour en chalet canadien comme dans vos rêves. Bobby le propriétaire, nous donne les clefs de notre chalet (le 3). Il est immense, on peut y loger à 9 et nous avons une vue imprenable sur le lac et la forêt environnante. 

On retourne à l’auberge principale là où est servi le dîner. Au menu ce soir : un croquant au parmesan succulent, du saumon accompagné de riz et de crevettes. En dessert nous n’avions plus faim mais notre voisine québécoise qui fêtait son anniversaire nous a gentiment offert une part de son gâteau.

 

Jour 12 : Pourvoirie Mekoos – Parc régional du Poisson Blanc

Pêche à la cuillère à la pourvoirie Mekoos

Après un bon pain perdu avec son sirop d’érable au petit déjeuner, notre guide Guy nous attend dans son buggy pour nous emmener à la pêche ! Il nous apprend comment pêcher « à la traîne », une technique de pêche avec une cuillère sur un bateau qui avance lentement. Audrey est ravie, ça lui rappelle les parties de pêche à la ligne avec son grand-père quand elle était petite. Résultat de la matinée : 2 truites mouchetées pour Audrey et 1 pour Guy, l’élève a dépassé le maître.

Le midi le chef de la Pourvoirie Mekoos nous prépare les 3 truites mouchetées. Nous en mangeons une chacun et nous gardons la troisième pour la faire gouter à Franck & Richard et Clo & Clem que nous rejoignons pour notre dernier canot-camping du séjour !

 

Canot-camping au parc régional du Poisson Blanc [ 2h13 | 136 km ]

Nous retrouvons enfin notre équipe de choc pour une soirée tant attendu au parc régional du Poisson Blanc. Nous avons donc découvert ce magnifique endroit dont Franck et Richard nous avait tant parlé ! Le réservoir du Poisson Blanc, un plan d’eau de 85 km2 composé d’une centaine d’îles sur lesquelles sont aménagés des sites de camping sauvage. Vous pouvez louer des canoës, des kayaks et des stand up paddle pour vous y rendre.

Après avoir rejoint notre île en canot et avoir monté nos tentes Windigo Aventure. Franck nous a préparé un magnifique feu grâce auquel nous avons pu faire notre BBQ. Et nous avons tous partagé un bon dîner sur notre île ! On a passé une superbe soirée autour du feu à griller des marshmallow et à observer les étoiles en se racontant nos histoires. Loin de la pollution lumineuse, nous avons pris conscience de l’immensité du ciel…

 

Jour 13 : Parc national du Mont-Tremblant

Après un petit-déjeuner avec nos amis, nous avons repris les canots et nous avons rejoint nos Jeep direction le parc national du Mont-Tremblant.

Parc national du Mont-Tremblant [ 2h33 | 199 km ]

Le parc national du Mont-Tremblant compte parmi les doyens des grands parcs d’Amérique du Nord. Il va fêter ses 125 ans en 2020 ! De nombreux québécois et touristes y vont pour profiter de ses grands espaces (1510 km2). Il faut dire qu’avec ses collines forestière à perte de vue, ses 400 lacs et ses 6 rivières le parc national du Mont-Tremblant est le paradis des amoureux du plein air à seulement 2h00 de Montréal. Vous pouvez facilement y rester deux ou trois jours car il est très vaste, il est d’ailleurs composé de 3 secteurs : de la Diable, Pimbina et l’Assomption.

Nous commençons par admirer les rives du Lac Monroe. On vous conseille d’ailleurs le sentier de la Corniche car il offre un point de vue imprenable sur le lac ! De notre côté, nous choisissons la randonnée la Chute-du-Diable qui fait 1,4 km soit 30 min aller retour. Ce sentier offre un joli point de vue sur la chute.

Conseil : si vous avez besoin de faire quelques courses sur la route entre le parc national du Mont Tremblant et Saint-Faustin-Lac-Carré vous pouvez vous arrêter à l’étalage marché gourmand.

 

Où dormir à Saint-Faustin-Lac-Carré ? [ 24min | 22 km ]

Le soir, on découvre les Refuges Perchés. Ce sont des cabanes sur des pilotis situées au bord de l’eau, le tout dans une réserve écologique : le parc Éco-Touristique des Laurentides.

C’est une expérience de prêt-à-camper qui est ouverte toute l’année car chaque cabane est équipée d’un poêle à bois. À l’intérieur il y a des petits matelas qui n’attendent que vos duvets. Vous pouvez cuisiner à l’aide d’une bouteille de gaz et l’eau de la vaisselle tombe dans un bac que vous devez mettre dans les eaux usées. Des toilettes sèches communes sont situées dans le chemin principal à proximité des cabanes. Enfin, pour votre douche, il faudra aller au niveau de l’accueil. Nous avions la cabane 3, qui est à 14 minutes à pieds de l’accueil. Sachez qu’ils vous prêtent des brouettes pour emmener vos affaires.

Le soir on a essayé d’aller observer les étoiles et quand on est revenu un petit raton-laveur s’était invité sur notre balcon. Il était trop mignon mais on est vite rentré pour ne pas trop lui faire peur.

Les Refuges Perchés Mont-Tremblant
5000 Chemin du Lac Caribou, Saint-Faustin-Lac-Carré, QC J0T 1J2
Prix : de 109 à 199$/nuit selon la période (réservation minimum de 2 nuits les week-ends) + prévoir les frais d’accès au parc qui ne sont pas inclus dans le prix de la nuit

 

Jour 14 : méga tyroliennes et soirée avec Carl le trappeur

Via Ferrata et tyroliennes à Tyroparc [ 33 min | 21 km ]

Tyroparc est un parc qui propose plusieurs activités telles que la Via Ferrata, des méga tyroliennes, de la descente en rappel ou encore de la motoneige. Les activités de Via Ferrata et mega tyroliennes sont ouvertes de mai à octobre.

Avec Mickaël nous avons testé le forfait découverte qui comprend le parcours de Via Ferrata et 2 mega tyroliennes. Ces deux dernières vous emmènent au dessus des paysages des Laurentides à 115 m du sol. Nous avions la chance de faire le parcours avec un guide attitré donc avons donc pu profiter de l’activité pour faire des photos sans gêner un groupe. On commence à avoir l’habitude de faire de la Via Ferrata mais on a vraiment adoré le parcours ! Et les deux méga tyroliennes c’est un vrai bonheur, en plus notre guide nous a proposé de faire la deuxième en duo c’était une super expérience.

Tyroparc
400 Chemin du Mont Catherine, Sainte-Agathe-des-Monts, QC J8C 0L1, Canada
Forfait : découverte 80$ / adulte

 

Aventures Plein Air à Saint-Hippolyte [ 32 min | 32 km ]

Pour cette dernière soirée québécoise on s’est tous réuni pour une soirée un peu particulière. On part dans la montagne qui surplombe le lac Morency avec Aventures Plein Air. Clo & Clem choisissent le quad tandis qu’avec Franck & Richard on choisit la montée en Jeep. Lorsque l’on voit les trous d’eau boueuse qui parsèment le chemin on est bien content d’être assis en hauteur dans la Jeep.

Rencontre avec Carl le Trappeur

En haut de la montagne, devant sa tente, Carl nous attend. Tout le monde le connait dans la région car il exerce un métier atypique : Carl est trappeur. Au début on était un peu septique de cette rencontre, nous qui sommes tous de grands amoureux des animaux. Mais il s’est avéré qu’en fait c’était notre point commun avec Carl le Trappeur. Il a été très pédagogue et nous a expliqué qu’en fait il était garant de l’équilibre de la faune dans ses forêts. En effet il veille sur plusieurs espèces tels que les castors, les orignaux et les ours. L’hiver il surveille les traces dans la neige et arrive à déterminer le nombre de membres d’une espèce. S’il s’aperçoit qu’une espèce est en danger il va réduire le nombre de prédateur.

Tel est le cas pour les ours, malheureusement ils sont beaucoup trop nombreux… On en compte à peu près 80000 au Québec. Même si il est à 85% herbivore l’ours se nourrie de 15% de viande et notamment d’orignaux. Il attend que la femelle mette bas pour lui dévorer son bébé, du coup Carl veille à ce que les ours ne soient pas trop en grand nombre pour ne pas voir disparaitre les orignaux.

Une fois qu’il nous a expliqué tout cela nous avons été beaucoup plus ouvert d’esprit sur la nécessité de son travail. On a alors partagé un bon repas tous ensemble dans sa grande tente en échangeant sur toutes les aventures que nous avions vécu sur la Route des Explorateurs.

Carl le Trappeur
Pour tout renseignements sur les activités avec Carl (pêche sur glace, observation de l’ours noir, du chevreuil…) rendez-vous sur son site  : http://www.cblonletrappeur.com/ 

Où dormir à Saint-Hippolyte ?

Nous avons eu, encore une fois, la chance de dormir chez l’habitant mais si vous voulez dormir à Saint-Hippolyte nous vous conseillons l’Auberge du Lac Morency. Cela vous permettra de ne pas reprendre la route de nuit pour retourner à Montréal.

 

Jour 15 : retour à Montréal 

La Maison Lavande [ 45 min | 61 km ]

Si vous avez un peu de temps sur le chemin du retour vers Montréal ou vers Dorval pour aller à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau (YUL) nous vous conseillons un petit arrêt à la Maison Lavande. La pleine floraison est en juillet mais vous pouvez toujours y passer pour goûter à leur délicieuse limonade à la lavande, leur glace à la lavande ou encore leurs différentes sortes de thés…

C’est l’arrêt idéal pour ramener un petit cadeau, personnellement on adore leur bruine d’ambiance à la Lavande. À chaque fois que l’on en met à la maison, nous pensons au Québec…

 

Conclusion de notre road trip sur la Route des Explorateurs

Ah cette Route des Explorateurs dans l’Ouest du Québec, nous ne pensions pas qu’elle allait à ce point nous chambouler… Nous avons eu la chance de rencontrer des personnes formidables. La Route des Explorateurs c’étaient des paysages merveilleux, des aventures à couper le souffle mais surtout surtout une très belle aventure humaine. Et pour tout cela on aimerait vous dire merci à tous !

Merci

Tout d’abord nous tenons à remercier Franck et Richard de OneDayOneTravel qui nous ont permis de réaliser cette merveilleuse mission. Un grand merci de nous avoir fait confiance et surtout bravo pour les longues heures de travail sur ce beau projet : la Route des Explorateurs vue à travers 3 équipes et 3 thématiques. Merci à Clo & Clem pour leur bonne humeur en tout temps. On peut dire qu’on ne pouvait pas rêver meilleure équipe que vous quatre !

Merci à nos partenaires : Tourisme LaurentidesTourisme OutaouaisTourisme Abitibi-Témiscamingue pour tout le travail fourni, leur soutien et leur confiance ! Et merci à Liligo d’avoir pris en charge l’aérien et nos belles Jeep, sans eux l’aventure n’aurait pas été la même…

Enfin, on aimerait dire un grand merci à tous ceux qui liront cet article. C’est en parti grâce à vous, nos chers lecteurs, que nous pouvons réaliser des reportages aussi beaux. Alors MERCI !


Si comme nous vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre sur notre compte Refuse to hibernate. Vous pouvez même épingler cet article afin de le garder précieusement :

Cet article a été rédigé suite à la « Route des Explorateurs » avec nos partenaires Tourisme LaurentidesTourisme OutaouaisTourisme Abitibi-Témiscamingue et Liligo nos propos n’en restent pas moins libres et sincères.

(Visited 918 times, 40 visits today)