PVT Canada | bilan de nos deux premiers mois à Montréal

Il y a peu nous vous parlions des démarches à faire en arrivant au Canada et plus particulièrement à Montréal. Aujourd’hui on a choisi de vous dresser un bilan de nos deux premiers mois montréalais. L’expatriation c’est le fun c’est sûre, mais sachez qu’ici personne ne vous attend comme le Messie, on entend au niveau du travail.

De plus, si vous restez, comme la plupart des français, à Montréal, à moins d’être déjà totalement bilingue vous risquez de peiner à trouver du travail dans votre branche. On ne cherche pas à être défaitiste car on adore notre nouvelle vie mais soyez-en conscient, si vous voulez vous expatrier, le Canada n’est pas un Eldorado, tout n’est pas tout blanc.

_DSCF7296

Le quotidien :

Cela fait maintenant deux mois que nous sommes arrivés à Montréal, le premier stop de notre aventure canadienne. On est heureux de vivre dans cette ville qui regorge de surprises, où l’on découvre sans cesse de nouveaux endroits. C’est une ville dans laquelle il fait bon vivre, et on vous rassure il ne fait pas si froid. Nous n’avons pas forcément ressenti de choc culturel en arrivant ici, peut-être du fait que les québécois parlent français.

On a trouvé génial que les gens fassent la queue à l’arrêt de bus, si seulement les parisiens pouvaient faire de même ! Sinon ce que l’on aime au quotidien c’est le fait de voir la nature dans une grande ville, de se lever en ayant une vue sur des arbres et des écureuils qui passent de branches en branches.

_DSCF6567

Le logement :

Trouver un logement à Montréal a été chose facile, nous avons trouvé le notre en un jour après quatre visites d’appartements. Alors oui nous sommes sur le plateau, comme la plupart des français, mais on vous rassure dans notre rue il y a bien des québécois. On adore notre appartement, c’est un 3 1/2 grand, lumineux, intégralement meublé, il est neuf et surtout tout est inclus dans le prix de 1250 $CA (électricité, eau, TV, internet). Normalement le propriétaire n’est pas censé demander de caution, c’est interdit ici, mais certains en demande une quand même. Nous avons donc laissé une caution du montant d’un loyer mais sachez qu’ici on ne vous demandera pas tous les documents que avez l’habitude de présenter en France, oubliez donc les garants, le salaire de 3 fois le montant du loyer etc

C’est vrai qu’en février la période est un peu creuse pour trouver un logement car les baux sont généralement de juillet à juin mais vous avez quand même de belles opportunités qui peuvent se présenter à vous.

_DSCF6560

La recherche d’emploi :

Le mois de février est également une période creuse concernant la recherche d’emploi, malgré des pistes dans nos secteurs : le marketing digital et le graphisme, les entretiens n’ont rien donné. Soit le poste n’est pas encore ouvert, soit il faut être complétement bilingue… Audrey a tout d’abord trouvé un petit job chez Brioche Dorée au service traiteur, avec un réveil à 4h du matin parfois bien difficile. Mais il y a peu, elle a décroché un contrat dans une agence montréalaise pour être coordinatrice artistique suite à une candidature spontanée. Quant à Mickaël, il est toujours en recherche car il souhaite trouver dans sa branche, en tant que Directeur Artistique.

L’alimentation :

On a rapidement pris nos marques dans les Métro et Maxi (supermarchés canadiens) où nous faisons régulièrement nos courses. Parfois nous allons au « dépanneur » du coin ou dans une « fruiterie » lorsqu’il nous manque quelque chose et une semaine sur deux on commande un panier de fruits et légumes bio à Aurélie Madoux que vous pouvez contacter en message privé sur Facebook.

Ricardo, le Marmiton canadien, est notre nouvel ami. Nous avons appris à cuisiner du Kale, à faire des gâteaux avec de la « poudre à pâte », à faire du pain ou encore de la pâte à pizza maison (merci à nos supers hôtes airbnb Romane et Thibault). Et on a enfin trouvé la pâte brisée au rayon surgelé ! On teste des vins italiens, argentins, chiliens, canadiens et bien sûre on boit de la bière boréale ou des microbrasseries.

_DSCF6555

Le langage :

On s’était entrainé à parler québécois avec Solange te parle, mais on vous rassure on comprend très bien les québécois. Ici vous entendrez souvent : l’auto, faque, présentement, tu-sais-tu, excellent, bienvenue (qui peut vouloir dire « de rien »), bon matin !, ta blonde, ton chum, un rôti (une tartine)… On adore ces petites expressions quotidiennes, on s’acclimate tellement qu’on commence à mettre des « lààààà » à chaque fin de phrase.
Sinon concernant l’anglais Mickaël va prendre des cours à la Citim, c’est un programme spécial pour les immigrés, 2h de cours par jour, 4 jours par semaine sur 12 semaines. Promis il vous fera le bilan, in english, à la fin de la session.

_DSCF6850

Les activités :

Les activités montréalaises sont diverses et variées ! Si vous voulez pratiquer des sessions de sport gratuites : yoga, pilate ou encore bootcamp, vous pouvez vous inscrire aux meet-ups de chez Lolë et/ou Lululemon. Sinon la boutique Courir sur la rue St. Denis propose des sorties running le dimanche matin.

En ce qui concerne les voyages et visites culturelles, on a eu la chance d’aller faire un safari dans la neige au Parc Oméga, de visiter Québec City et Toronto, de faire du chien de traineau et de la motoneige sur l’île d’Orléans et d’aller voir un match de hockey : les Canadiens de Montréal VS les Red Wings de Détroit (superbe cadeau de nos amis français pour notre départ, merci à eux).

_DSCF7905_DSCF6731

Nous avons changé d’heure il y a peu, deux semaines avant la France, les journées rallongent, ça sent le printemps et on a hâte de découvrir la belle saison montréalaise et de partager cela avec vous. En attendant, vous pouvez voir notre vidéo sur les deux premiers mois passés au Canada !

  • Séverine

    Merci pour cet article très bien expliqué et quelque peu rassurant.. :). Encore en attente des rondes d’invitations en France pour le PVT 2016, j’espère réussir aussi à y partir ! Profitez bien de votre expérience, ça a l’air magique !

    • Bonjour Séverine. On te souhaite beaucoup de courage dans l’attente de ce PVT Canada, on sait ce que c’est de l’attendre et on a des amis qui sont également dans le bassin. 🙂 Merci pour tout et on espère que tu seras des notre rapidement ! Sais-tu dans quelle ville tu voudrais t’installer ?

      • Séverine

        Oui effectivement, l’attente est un peu longue, surtout avec la date des rondes d’invitation qui se repousse de semaine en semaine… ;). Pour le début, je pense à Montréal, histoire de s’acclimater doucement à un nouveau pays sans avoir la frontière de la langue trop présente.. Puis j’aimerai découvrir le reste en road trip un peu plus tard. Pas d’idée trop précise encore, j’attends vraiment le PVT pour m’y plonger dedans. A l’heure actuelle, pas besoin de se faire de faux espoirs 🙂

        • ahah c’est marrant tous les français que l’on connait (nous y compris) on la même façon de voir les choses. 🙂 On croise les doigts pour toi, pour ce fameux PVT !

          • Séverine

            Ahah, comme quoi ! ;). Mon copain a reçu une invitation vendredi dernier. Plus qu’à croiser les doigts pour le mien ! En tout cas, merci beaucoup 🙂

          • Félicitations à lui ! On croise les doigts pour toi (et sache qu’un PVT via conjoint de fait est possible 😉 ).

  • Pingback: Vidéo : le Québec en moins de 3 minutes ! – Refuse to hibernate()

  • Chloé

    De vrais montréalais! C’est vrai que votre article est rassurant quant à la vie sur place, et vous avez l’air bien occupés!!

    • Merci Chloé ! La douceur de vivre n’est pas un mythe c’est bien vrai. 🙂 Mais bon je trouve que c’est aussi dur qu’en France, si on ne s’en donne pas les moyens on ne réussit pas, les reportages qui disent qu’on arrive au Canada et qu’on trouve un travail en 2h sont faux… Enfin oui on trouve facilement mais un petit job 😉

  • Véronique

    Merci pour votre article! J’arrive à Montréal dans un peu plus d’un mois suite à l’obtention du PVT (2015).
    Le stress commence à arriver. Mais votre article était bien rassurant 😉

    • On comprends, le départ est difficile surtout quand on est très proche de sa famille et de ses amis. Mais si tu es déterminée dans tes recherches tu trouveras assez rapidement un petit job, qui ensuite t’ouvrira des portes dans ton domaine. C’est la clef du succès : la patience et ne pas avoir peur de recommencer tout depuis le début outre ses expériences professionnelles et ses études. Une bonne remise en question 😉 N’hésite pas à nous faire un petit signe quand tu arriveras ! Si tu as besoin d’aides, de conseils etc on t’aidera du mieux que l’on pourra !!

  • Merci pour votre article 🙂 On se retrouve un peu en vous deux avec ma compagne (moi étant graphiste webdesigner et elle travaillant dans le web marketing) ! On se pose la question de venir ou pas au Canada et j’avais une petite question : étant donné que ce sont des tirages au sort désormais pour obtenir des PVT, j’ai peur que l’un d’entre nous 2 soit tiré au sort et pas l’autre :s Comment avez-vous fait vous? Merci 🙂

    • Merci Julien pour ton commentaire. C’est vrai que nos profils sont très très très proches ! L’année dernière, l’obtention se faisait par trois rondes d’invitation et cette année le système a complètement évolué. Audrey a été invitée à la deuxième ronde et de mon côté j’ai été repêché sur la liste d’attente à une semaine de la clôture des quottas alors imagine mon stress. Donc il faut pas perdre espoir et penser à toutes les solutions possibles. Si je n’avais pas été pris, on aurez essayé la solution du conjoint de fait. Je t’invite à te renseigner sur ce sujet si jamais vous n’êtes pas invités tous les deux. Bon courage dans tes démarches en tout cas !
      Mickaël

      • Merci Mickaël ! On est pas dans les démarches pour le moment mais on y réfléchit fortement 🙂 On va étudier la solution du conjoint de fait et bravo encore pour le blog 🙂

        • Pour cette année les quotas sont bientôt terminés mais vous aurez le temps de bien vous préparer pour ceux de 2017. 🙂 N’hésitez pas à nous demander si vous avez la moindre question, sinon le site pvtistes.net est une vraie mine d’or niveau info.
          A bientôt,
          Audrey

  • Marie Rose

    Cette article est vraiment bien fait et vraiment très pratique, on va dire que ça me rassure un peu, arrive en juillet pour aménagé avec mon conjoint après un an de séparation. J’ai ouvert un blog pour en parler : http://rose-normande.blogspot.fr . J’ai vraiment besoin d’échangé avec des personne comme vous pour me rassurer. Je vous dit à bientôt.

    • Merci Marie Rose ! Nous sommes ravis de pouvoir t’aider pour préparer ton expatriation. C’est un nouveau départ que tu prépares. Le blog c’est une bonne idée et tu verras à ton tour, tu pourras aider de nouvelles personnes avec ta propre expérience. Tu as encore quelques mois pour faire ta valise alors profite bien du temps qu’il te reste en France :). A bientôt
      Mickaël

  • Bonjour !

    Cet article est vraiment parfait ! J’ai pris grand plaisir à le lire !
    Avec mon mari, nous prévoyons de nous expatrier avec notre petit garçon de 5 ans d’ici 2 ans, le temps que je termine ma formation de Webdesigner et que mon mari apprenne davantage l’anglais !

    Belle journée,

    Laura,

    • Bonjour Laura,

      Est-ce que vous venez dans le cadre d’une résidence permanente ? Peut-être que nous serons encore ici dans deux ans, si c’est le cas cela nous fera plaisir de vous faire découvrir Montréal.

      Audrey & Micka

  • Pingback: PVT Canada, bilan des six mois à Montréal – Refuse to hibernate()

  • Pingback: Vidéo : bilan de nos un an en PVT Canada - Refuse to hibernate()